Banque de dépannage linguistique


L'orthographe
Cas particuliers liés à l'orthographe



Paysager ou paysagé

 

L'adjectif paysager, du nom paysage, est apparu en français vers 1845 et a été formé avec le suffixe -er, réduction du suffixe -ier pour des raisons phonétiques. Une centaine d'années plus tard, vers 1958, est apparue dans l'usage la variante graphique paysagé, dont le suffixe est . Ces deux graphies ont évolué dans le temps comme synonymes et elles sont aujourd'hui toutes deux acceptées comme équivalents et attestées dans de nombreux ouvrages de référence.

 

Paysager, tout comme sa variante paysagé, peut être employé au sens d'« aménagé de façon à rappeler un paysage naturel », en parlant d'un lieu extérieur ou intérieur. Dans le cas où l'on parle plus précisément d'un espace intérieur, comme un bureau ou un hall, on se réfère surtout à un lieu aéré qui présente une atmosphère naturelle et dans lequel il peut notamment y avoir des végétaux.

 

Exemples :

 

- J'adore me prélasser dans le parc paysager situé près de chez moi. (ou : parc paysagé)

- Les jardins anglais sont des types de jardins paysagers. (ou : jardins paysagés)

- Crois-tu que des bureaux paysagers accroîtraient notre performance au travail? (ou : bureaux paysagés)

 

 

L'adjectif paysager (ou paysagé) peut aussi signifier « relatif au paysage », en parlant de notions plus abstraites. Dans ce sens, on constate toutefois que la graphie paysager est plus courante.

 

Exemples :

 

- Leur aménagement paysager est d'inspiration asiatique. (ou : aménagement paysagé)

- Pascal a fait des études en architecture paysagère. (ou : architecture paysagée)

 

 

Enfin, on notera que le féminin de paysager est paysagère et que celui de paysagé est paysagée.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002