Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Rédaction épicène > Généralités sur la rédaction épicène



Aide-mémoire

 

Quand on parle de féminisation linguistique, il faut distinguer deux niveaux : celui des mots
– féminisation lexicale – et celui du texte – rédaction épicène.

 

 

Aide-mémoire sur la féminisation lexicale

 

·         Certains noms sont polysémiques (possèdent plus d’un sens). Ainsi, le mot débardeur désigne aussi bien une personne qu’un vêtement, le mot secrétaire évoque à la fois un meuble et une personne, et le mot cuisinière désigne une personne ou un appareil électroménager. Pour en savoir davantage, consultez l’article Comment former des noms féminins?.

 

·         La formation du féminin par l’ajout du mot femme à une appellation de personne, comme dans femme médecin, n’est pas recommandée : il n’y a pas de symétrie entre le féminin et le masculin, qui n’est pas homme médecin. Il est toutefois possible, pour les appellations qui comportent déjà le mot homme, de remplacer ce dernier par femme (homme d’affaires, femme d’affaires). Il en va de même pour le passage du féminin au masculin. Ainsi, on aura sage-femme et sage-homme, mais non homme sage-femme. Pour en savoir davantage, consultez l’article L’emploi de « homme » et de « femme ».

 

·         Certains noms de forme complexe sont construits par hypallage (composition synthétique dans laquelle on associe syntaxiquement un mot à un autre auquel il n’est pas directement lié par le sens). Par exemple, on trouve ingénieur forestier, alors qu’on pourrait s’attendre à une appellation comme ingénieur en foresterie. En présence d’une hypallage, il faut veiller à bien féminiser : un éducateur canin, une éducatrice canine et non une éducatrice canin. Pour en savoir davantage, consultez l’article Les adjectifs dans les noms composés féminins.

 

·         Les appellations au féminin correctement formées sont celles qui doivent être utilisées, notamment en ce qui a trait aux finales -eure et -euse. Pour en savoir davantage, consultez la section Formation de noms féminins de la BDL.

 

 

Aide-mémoire sur la rédaction épicène

 

·         Lorsqu’on utilise un doublet complet, par exemple dans il s’agit de la décision du conseiller ou de la conseillère, il faut garder en tête que la phrase de base est au masculin générique : il s’agit de la décision du conseiller. La féminisation sert à introduire l’idée qu’on ne connaît pas le sexe de la personne, et non l’idée qu’il y a deux personnes. On sous-entend donc : il s’agit de la décision du conseiller ou, dans le cas où la personne est une femme, de la conseillère. Pour en savoir davantage, consultez l’article Qu’est-ce qu’un doublet?.

 

·         On réservera l’emploi des doublets abrégés aux contextes où l’espace est restreint, par exemple, dans Signature du (de la) conseiller(-ère). Pour en savoir davantage, consultez l’article Qu’est-ce qu’un doublet abrégé?.

 

·         L’ordre des noms qui forment un doublet est généralement libre. Lorsqu’il n’y a pas d’accord grammatical à faire, on placera indifféremment le nom masculin ou le nom féminin en premier dans la phrase. Cependant, s’il y a un accord à faire, celui-ci devant se faire au masculin, le nom masculin sera placé à côté du mot à accorder. C’est ce qu’on appelle la règle de proximité, par exemple : L’entraîneuse ou l’entraîneur présent à la réunion devra rédiger le compte rendu. Pour en savoir davantage, consultez l’article L’accord de l’adjectif se rapportant à un doublet.

 

·         Il faut veiller à simplifier au maximum les expressions en écrivant, par exemple les responsables de la formation plutôt que les personnes responsables de la formation. Le nom personne peut être utilisé lorsqu’une appellation n’est pas épicène (la personne immigrante en alternance avec l’immigrant ou l’immigrante) ou lorsqu’il fait partie d’une appellation figée, comme dans personne malentendante ou personne autiste. Pour en savoir davantage, consultez l’article Les noms épicènes.

 

·         Lorsque l’on recourt à la formulation neutre, on peut choisir un nom neutre (les rédacteurs devient la rédaction), avoir recours à des adjectifs épicènes (spécialisé en devient spécialiste de), tirer profit de pronoms épicènes (celui qui devient quiconque) ou rédiger des phrases épicènes (l’étudiant paiera la taxe le premier jour du mois devient la taxe est payable le premier jour du mois). Pour en savoir davantage, consultez la section La formulation neutre.

 

·         Le masculin générique, utilisé avec parcimonie, convient aux appellations générales, tandis que les doublets sont tout spécialement appropriés pour les appellations particulières, par exemple le dessinateur ou la dessinatrice (appellation particulière) doit adapter sa caricature aux lecteurs (appellation générale) du magazine. Pour en savoir davantage, consultez l’article L’allègement du texte.

 

·         Il faut reproduire fidèlement les noms d’entreprises (Le Travailleur Sportif), les noms d’associations et d’ordres professionnels (Ordre des ingénieurs du Québec), les citations, les textes de loi et les documents juridiques, ainsi que les appellations officielles de ministères ou d’organismes formulées au masculin (Bureau du coroner, Directeur de l’état civil, etc.). Au Québec, par exemple, directeur général des élections désigne à la fois une personne et, avec la majuscule, une institution. Si la personne qui occupe ce poste est une femme, elle signera directrice générale des élections. Il faut dissocier l’appellation officielle (c’est-à-dire le nom de l’institution) de la signature de la personne qui occupe le poste : le premier ne se féminise pas, alors que la signature se féminise. Pour en savoir davantage, consultez l’article L’appellation officielle d’organisation.

 

 

Article mis à jour en 2018



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles