Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Rédaction épicène > La féminisation syntaxique



L'accord de l'adjectif se rapportant à un doublet

 

Doublet formé avec et

 

Selon la règle habituelle d’accord, l’adjectif (ou le participe passé), dans un doublet, s’accorde au masculin pluriel lorsqu’il se rapporte à la fois à un nom (ou pronom) masculin et à un nom (ou pronom) féminin coordonnés par et, même lorsque chacun de ces noms est au singulier, en raison du sens d’addition attaché à cette conjonction.

 

Accord au masculin pluriel

 

Les directrices et les directeurs qui ne peuvent être présents à cette réunion ont déjà reçu le document d’orientation.

 

Les policiers et les policières sont invités à exprimer leurs idées sur cette question.

 

L’enseignante et l’enseignant sont responsables de la planification de leur cours.

 

L’agent et l’agente de recherche experts travailleront directement sous mon autorité.

 

 

Notons que, dans certaines phrases, il faut placer le nom masculin le plus près de l’adjectif pour éviter la discordance de genre entre un nom féminin et un adjectif masculin contigus. C’est ce qu’on appelle la règle de proximité.

 

Accord de proximité au masculin pluriel

 

Les représentantes et les représentants syndicaux et patronaux ont fait une importante déclaration à l’issue de leur rencontre.

 

La plupart des typographes adorent leur travail : celles et ceux interrogés lors du sondage en parlent avec enthousiasme.

 

L’étudiante et l’étudiant inscrits à ces cours recevront leur horaire par la poste.

 

 

En français ancien, l’accord de proximité permettait d’accorder l’adjectif en genre et en nombre, avec le dernier nom, qu’il soit féminin ou masculin, singulier ou pluriel. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que l’accord avec le masculin, quelle que soit sa place, s’est imposé. L’accord de proximité avec le nom féminin ayant déjà eu cours, certains le proposent comme procédé possible pour marquer le féminin, par exemple : Les électeurs et les électrices inscrites pourront prendre la parole. Bien que cet accord ne soit pas incorrect grammaticalement, l’Office québécois de la langue française ne l’encourage pas. L’accord de proximité demeure marginal actuellement et peut ainsi parfois entraîner de la confusion. En raison du caractère non générique du féminin, on pourrait comprendre, dans ce dernier exemple, que seules les électrices inscrites pourront prendre la parole et que tous les hommes le pourront, inscrits ou non.

 

Doublet formé avec ou

 

Lorsque la coordination est faite avec la conjonction ou, la question est plus complexe. Traditionnellement, la grammaire traite les cas où la conjonction ou unit deux noms qui renvoient à des notions différentes. La règle établit alors que l’adjectif se met à la troisième personne du pluriel lorsqu’il y a idée de conjonction, et à la troisième personne du singulier lorsqu’il y a idée d’opposition ou de disjonction.

 

Le doublet formé de deux appellations de personnes jointes par ou est un nouveau cas de coordination, qui n’est pas traité dans les grammaires usuelles. En effet, la conjonction ou, dans le doublet, unit deux noms qui renvoient à une même notion, l’un masculin, l’autre féminin. On ne saurait donc reprendre très exactement, dans ce cas, les règles d’accord énoncées dans les grammaires usuelles.

 

Pour bien comprendre le rapport institué entre les deux noms du doublet, il faut se reporter au contexte où ce dernier apparaît. Dans certains énoncés, l’idée de singularité numérique s’impose : on parle d’une seule personne, ou bien un homme, ou bien une femme. L’adjectif reste alors au singulier.

 

Accord au masculin singulier, idée de singularité numérique

 

Nous cherchons une programmeuse ou un programmeur qui soit prêt à relever des défis.

 

Lors de chaque appel, veuillez écouter attentivement la cliente ou le client qui se dit insatisfait.

 

 

Le doublet est aussi utilisé dans des contextes où l’idée de généralité s’impose : le nom singulier évoque un ensemble de personnes, hommes ou femmes. On a ainsi un emploi générique du nom. Ce nom étant grammaticalement singulier tant au masculin qu’au féminin, l’adjectif qui s’y rapporte est normalement aussi singulier.

 

Accord au masculin singulier, idée de généralité

 

La citoyenne ou le citoyen* concerné peut examiner la proposition.

 

 

* Ici, le nom masculin se place le plus près de l’adjectif pour éviter la discordance de genre entre un nom féminin et un adjectif masculin contigus. C’est ce qu’on appelle la règle de proximité. À ce propos, voir la première partie de cet article, intitulée Doublet formé avec et.

 

Le pluriel n’est cependant pas exclu dans les contextes où l’idée de généralité s’impose, selon la règle grammaticale traditionnelle d’accord de l’adjectif avec des noms unis par ou lorsqu’il y a idée de conjonction. L’accord au pluriel n’est malgré tout pas le plus adéquat, compte tenu des explications précédentes, dans le contexte de la féminisation des textes. Il demeure d’ailleurs rare.

 

Cela dit, si, dans le doublet, les noms coordonnés sont au pluriel, l’accord de l’adjectif se fait nécessairement au pluriel, comme dans Les policières et les policiers les plus prudents seront affectés à cette patrouille.

 

 

Compléments :

 

Adjectif avec deux noms joints par ni ou par ou (Accord de l’adjectif qualifiant plus d’un nom)

L’accord du verbe dont le sujet est un doublet (La féminisation syntaxique)

Les adjectifs et les participes passés (Doublets abrégés)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles