Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Tours d’horizon et autres explications > Usages



Serrer

 

Le verbe serrer est encore couramment usité au Québec dans plusieurs emplois qui ont tous en commun l’idée de mettre ou de remettre une chose à sa place ou à l’abri, qu’il s’agisse de serrer son linge dans des tiroirs, serrer sa bicyclette dans la remise, serrer ses papiers importants, serrer la vaisselle dans l’armoire ou serrer de l’argent.

 

Attesté dès les débuts de la Nouvelle-France, le verbe serrer était tout à fait courant en France à cette époque. Ce n’est que plus tard qu’il a été peu à peu remplacé, dans la langue générale, par le verbe ranger. Depuis le XXe siècle, les dictionnaires l’enregistrent comme un mot « vieux » ou « vieilli ». Il a toutefois continué de vivre un peu plus longtemps dans les parlers régionaux en France où son usage est aujourd’hui, là aussi, noté comme vieillissant.

 

Au Québec, si serrer n’est pas perçu aujourd’hui comme familier, on constate néanmoins qu’il est surtout usité à l’oral, alors qu’à l’écrit on lui préférera souvent un synonyme plus neutre comme ranger, mais aussi d’autres formes comme mettre de côté, mettre à l’abri, remiser, entreposer, remettre à sa place ou économiser, épargner, selon le contexte.

 

Exemples :

 

- Je te demande de serrer tes livres quand tu as fini tes devoirs. (ou : ranger)

- Déjà juin et je n’ai pas encore serré les habits de neige des enfants. (ou : ranger)

- Avant de partir en voyage, prenez soin de ranger vos papiers importants en lieu sûr. (plutôt que : serrer)

- Des études révèlent que les jeunes, contrairement à leurs parents, ne mettent plus d’argent de côté pour leur retraite. (plutôt que : ne serrent plus d’argent)

- Voici quelques conseils si vous décidez de remiser votre voiture pour l’hiver. (plutôt que : serrer)

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002