Banque de dépannage linguistique


La grammaire
Le verbe > Voix



Fusionner

 

Le verbe fusionner admet différentes constructions. On peut l'employer de façon transitive, c’est-à-dire accompagné d’un complément d’objet. Il signifie alors « réunir, amalgamer, combiner en une seule unité ». Dans ce sens, on l’emploiera aussi bien à la voix active qu’à la voix passive.

 

Exemples :

 

- La haute direction a fusionné les deux succursales. (voix active)

- Les deux succursales ont été fusionnées par la haute direction. (voix passive)

- Plutôt que de faire faillite, l’entreprise a accepté de fusionner avec sa principale rivale.

- Pour raccourcir le document, j’ai fusionné cette annexe avec le dernier chapitre.

 

Ce verbe peut aussi être intransitif, c’est-à-dire s’employer sans complément d’objet. Son sens est alors « s’associer, se fondre, s’unir » et le sujet du verbe est au pluriel. Soulignons enfin que l’emploi pronominal du verbe, se fusionner, est aussi attesté dans les ouvrages de référence, quoique plus rare, sans doute parce que le sens du verbe employé intransitivement comporte déjà l’idée de réciprocité. D’ailleurs, ces deux emplois ont le même sens. Notons qu’à la forme pronominale le participe passé s’accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet auquel il se rapporte.

 

Exemples :

 

- Les trois syndicats ont fusionné malgré des revendications divergentes. (ou : se sont fusionnés)

- Les deux rivières fusionnent plus loin en aval. (ou : se fusionnent)

- La région du Saguenay a fusionné avec celle du Lac-Saint-Jean il y a déjà quelques années. (ou : s’est fusionnée)

- Les régions du Saguenay et du Lac-Saint-Jean ont fusionné. (ou : se sont fusionnées)

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002