Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts idiomatiques



Sonner une cloche

 

En français, sonner une cloche n'a qu'un seul sens, son sens littéral, celui de « faire retentir le son d'une cloche ».

 

Exemples :

 

- Dis à Denis de sonner la cloche, c'est l'heure.

- À l’école, la surveillante sonnait la cloche à la fin de la récréation.

 

 

Certains emploient sonner une cloche avec le sens figuré d'« évoquer, rappeler quelque chose ». Cette expression, calquée sur l'anglais to ring a bell, est peu parlante en français et on peut la remplacer facilement par diverses tournures : dire ou rappeler quelque chose, évoquer quelque chose ou encore avoir déjà entendu (ou lu, ou vu) quelque part, par exemple.

 

Exemples fautifs :

 

- Ce nom sonne une cloche. Qui est-ce?

- Ce titre de film lui sonnait une cloche, mais il n'était pas sûr de l'avoir vu.

- Cette chanson sonne une cloche, mais je ne sais pas où je l'ai entendue.

 

On dira plutôt :

 

- Ce nom me dit quelque chose. Qui est-ce?

- Ce titre de film lui rappelait quelque chose, mais il n'était pas sûr de l'avoir vu.

- J'ai déjà entendu cette chanson quelque part, mais où?

 

 

Le nom cloche figure dans quelques expressions qui, elles, sont tout à fait françaises : sonner les cloches à quelqu'un, expression qui signifie « réprimander rigoureusement quelqu'un », et son de cloche, qui signifie « opinion ».

 

Exemples :

 

- Richard devra sonner les cloches à sa fille, qui est rentrée plus tard que prévu.

- Vincent m’a donné un autre son de cloche : il a adoré ce spectacle, lui.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002