Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts sémantiques



Pathétique

 

En français, l’adjectif pathétique s’emploie pour qualifier ce qui touche fortement ou ce qui provoque, par son intensité dramatique, une grande pitié, un sentiment de tristesse. Il peut être synonyme, selon les cas, de déchirant, bouleversant, poignant, dramatique, émouvant, touchant.

 

Exemples :

 

- Ses remerciements étaient sincères, presque pathétiques.

- Louis n’apprécie pas les scènes pathétiques au théâtre.

- Elle racontait ses souvenirs d’enfance d’une voix pathétique.

 

 

Pathétique est aussi employé comme nom pour souligner le caractère très émouvant de quelque chose ou pour désigner un genre littéraire ou artistique qui émeut fortement.

 

Exemples :

 

- Le pathétique de la situation lui arracha une larme.

- Il faut aimer le pathétique pour apprécier cet auteur.

 

 

En français, le mot pathétique comporte donc toujours l’idée d’émotions vives. Par contre, en anglais, l’adjectif pathetic signifie aussi « inadéquat, misérable, qui ne vaut rien, qui est infructueux ». C’est avec ces sens qu’il faut éviter d’employer pathétique en français, car il s’agit d’anglicismes sémantiques que l’on peut avantageusement remplacer par divers adjectifs comme inadéquat, inapproprié, misérable, minable, lamentable, pitoyable, insignifiant.

 

Exemples :

 

- Encore devant la télévision! Tu es pitoyable! (et non : Tu es pathétique!)

- Le service dans ce restaurant est lamentable. (et non : Le service dans ce restaurant est pathétique.)

- Son attitude était inappropriée à la cérémonie. (et non : Son attitude était pathétique à la cérémonie.)

- Ce changement d’apparence lui a fait du bien. Il semblait insignifiant auparavant. (et non : Il semblait pathétique auparavant.)

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002