Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts sémantiques



Pratiquer et pratique

 

Le verbe pratiquer signifie notamment « mettre en application » et « exercer une activité, un métier », ou à la forme pronominale (se pratiquer) « être en usage, se faire de façon régulière, être employé couramment ».

 

Exemples :

 

- Il paraît que Stéphane pratique une méthode extrêmement rigoureuse.

- Julie pratique l’espagnol depuis de nombreuses années.

- Ce type de pêche se pratique l’hiver.

- La phrénologie s’est surtout pratiquée au XIXe siècle.

 

Au sens de « s’exercer à une activité », pratiquer est un emprunt à l’anglais (to practice) fréquemment employé au Québec, le plus souvent à la forme pronominale. Il est à remplacer par des verbes comme s’entraîner, s’exercer, répéter, travailler, réviser, etc., selon le cas.

 

Exemples :

 

- Tu t’entraînes en vue du tournoi? (plutôt que : tu te pratiques)

- Charlotte s’exerce à danser comme une ballerine. (plutôt que : Charlotte se pratique)

- Nous avons répété notre numéro tous les jours. (plutôt que : nous avons pratiqué)

- Après son opération, Léonard a dû travailler beaucoup pour parvenir à marcher normalement. (plutôt que : Léonard a dû pratiquer beaucoup)

- Il ne travaille pas assez son piano. (plutôt que : il ne pratique pas assez)

 

 

En outre, le mot pratique au sens de « séance d'entraînement » ou de « répétition » est également un anglicisme, que l’on pourra remplacer par un mot choisi en fonction du contexte, comme dans les exemples suivants.

 

Exemples :

 

- Les deux meilleurs joueurs de l’équipe se sont blessés à l’entraînement.

- La peinture est un bon exercice pour la concentration.

- La troupe fera une dernière répétition de la pièce jeudi matin.

- Viens-tu à la séance de demain?

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002