Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Figures de style > Figures jouant sur la forme des mots



Aphérèse, apocope et syncope

 

L'aphérèse, l'apocope et la syncope sont des procédés d'abrègement qui consistent à retrancher une partie d'un mot (phonèmes, lettres ou syllabes). Ces procédés sont utilisés à l’oral et à l’écrit, dans la langue courante ou familière. Ils le sont aussi dans la langue littéraire, où ils permettent notamment de rendre plus fidèlement l'oral ou de respecter les contraintes de la versification. À l'écrit, l'omission d’une partie de mot est parfois marquée par l'emploi d'une apostrophe.

 

L'aphérèse désigne la chute au début d'un mot de phonèmes, lettres ou syllabes. Ce procédé est surtout utilisé dans la langue parlée, ou dans certains contextes à l'écrit, où il souligne la familiarité du discours. On l'associe notamment au langage enfantin, à la langue argotique et à la production de diminutifs de prénoms.

 

Exemples :

 

- Le bus était bondé aujourd'hui. (pour autobus)

- « Alex, 'tention à la marche! » (pour attention)

- « Toine, viens ici tout de suite! » (pour Antoine)

 

 

L'apocope est le procédé qui consiste à supprimer la fin d'un mot (phonèmes, lettres ou syllabes). Dans la langue courante ou familière, il sert notamment à créer des mots courts résultant de la troncation de mots plus longs, comme auto (automobile), photo (photographie), maths (mathématiques), ciné (cinéma), etc. L'apocope, dans la langue littéraire, est principalement employée pour adopter le rythme de la langue parlée; un exemple courant est l'omission du e final muet non élidable (c’est-à-dire celui qui est devant une consonne) de certains mots.

 

Exemples :

 

- Lucie n'écoute jamais la télé. (pour télévision)

- C'est d'un' maladie d' cœur / Qu'est mort', m'a dit l' docteur, / Tir-lan-laire! / Ma pauv' mère […]. (Jules Laforgue, Chanson du petit hypertrophique)

 

 

La syncope, quant à elle, consiste à omettre un ou plusieurs phonèmes, lettres ou syllabes à l'intérieur même du mot. Dans la langue littéraire, ce procédé sert à rendre à l'écrit le rythme et la forme de la langue parlée.

 

Exemples :

 

- Heureusement vlà ltrain qu'entre en gare. (Raymond Queneau, Zazie dans le métro)

- Reviens chez M'man, Ppa. (James Joyce, Ulysse)

 

 

Pour en savoir davantage sur la troncation des mots, vous pouvez consulter les articles Abréviation par troncation des mots et Abréviation par troncation et ajout d’une finale en -o.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : décembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002