Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Figures de style > Figures jouant sur la forme des mots



Néologisme

 

Un néologisme est un mot nouveau, par la forme ou par le sens. Plusieurs facteurs motivent la création néologique, notamment le désir de jouer avec les mots, de créer un effet stylistique ou d’attirer l’attention, que ce soit dans la littérature, la publicité ou les médias. Le néologisme devient figure de style lorsqu’il produit un effet esthétique. Cet aspect ludique ou stylistique de la néologie se manifeste par des inventions personnelles, des créations fantaisistes qui n’entreront pas forcément dans les dictionnaires mais qui colorent le style d’un auteur. On peut aussi avoir recours à la création néologique par souci d’économie, certains préférant inventer un mot plutôt que d’employer une périphrase.

 

Exemples :

 

- Allons, les gars, verbaillons à qui mieux mieux et refoulons les purpuristes sur l’île des langues mortes! (San Antonio)

- Il l’emparouille et l’endosque contre terre. (H. Michaux)

- La bobotte qui monte qui monte (publicité)

- Vois-tu le trou que j’aurais / Si tu me désaimais? (J.-P. Ferland)

 

 

Il existe de nombreux procédés de création néologique. La néologie formelle fait appel aux ressources morphologiques de la langue : affixation, composition (par exemple mot-valise, composition savante), imitation et déformation (construction de toutes pièces, onomatopées, fausse coupe, verlan, etc.), troncation, siglaison. Toute une panoplie de moyens linguistiques qui montre bien la richesse et la vivacité de la langue.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002