Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Figures de style > Figures jouant sur la construction de la phrase



Gradation

 

La gradation est une figure de style qui consiste à utiliser une série de termes selon un ordre ascendant ou descendant. Les éléments de la gradation évoquent une idée similaire exprimée à des degrés divers; ils sont généralement de même nature et de même fonction grammaticales. La gradation est un procédé d’accumulation et d’amplification.

 

Selon que la progression est croissante ou décroissante, cette figure est aussi nommée gradation ascendante ou gradation descendante. La gradation ascendante est formée de termes de plus en plus forts; elle évoque une idée de détermination, de force, d'enthousiasme. La gradation descendante, quant à elle, est composée de termes de plus en plus faibles; elle exprime une idée de lassitude, de faiblesse, de désespoir.

 

Exemples :

 

- Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue. (Racine)

- Ce ne sont que sarcasmes, moqueries, paronomasies, épanalepses et redites. (Rabelais)

- C'est un roc! c'est un pic! c'est un cap!

  Que dis-je, c'est un cap? C'est une péninsule! (Rostand)

 

 

Lorsque le dernier élément de la gradation est un terme beaucoup plus fort ou beaucoup plus faible que prévu, que la progression des idées présente une chute inattendue, on parle de gradation rompue ou d'attente déçue.

 

Exemple :

 

- Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a dérobé mon argent. (Molière)

 

 

Pour en savoir davantage sur l'accumulation, vous pouvez consulter l'article Accumulation.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002