Banque de dépannage linguistique


La grammaire
Le verbe > Auxiliaires



Passer

 

En principe, le verbe passer peut se conjuguer avec avoir ou être selon qu’on veut mettre l’accent sur l’action (avoir) ou sur l’état résultant (être). Cette règle s’applique à plusieurs verbes tels que changer, descendre, grandir, maigrir, etc. En pratique cependant, passer s’emploie aujourd’hui le plus souvent avec être, du moins à la forme intransitive, c’est-à-dire sans complément d’objet. L’auxiliaire avoir n’est pas fautif et reste donc possible, mais il peut être senti comme vieilli.

 

Exemples :

 

- Ils sont passés maîtres dans l’art de vendre du rêve.

- Où étiez-vous donc passés?

- Ce temps est passé, c’est une époque révolue.

- Après bien des hésitations, ils sont enfin passés à l’action.

- Je suis passée tout à l’heure, mais vous étiez absents.

- Tu es passé tout droit! (L’auxiliaire avoir reste possible : Tu as passé tout droit!)

- Les randonneurs sont passés par ici. (ou : Les randonneurs ont passé par ici.)

- Ma sœur est passée à la télé et elle a été excellente. (ou : Ma sœur a passé à la télé.)

 

 

Toutefois, lorsqu’il est suivi d’un complément d’objet direct, passer reçoit toujours l’auxiliaire avoir. Il en va de même lorsque passer signifie « être considéré comme, avoir la réputation de ».

 

Exemples :

 

- Avez-vous passé de belles vacances?

- Croyez-le ou non, il a passé son chemin sans lui porter secours.

- Cela fait longtemps que nous avons passé l’éponge.

- Tu as passé cet examen haut la main!

- J’ai passé pour un idiot! (passer a ici le sens d’« être considéré comme »)

 

 

 

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002