Banque de dépannage linguistique


La grammaire
Le verbe > Accord du participe passé > Cas particuliers d'accord du participe passé



Se dire

 

On peut hésiter sur l’accord du participe passé de dire lorsque ce verbe est employé à la forme pronominale, se dire. En fait, pour accorder correctement dit, il faut considérer le sens du verbe dans la phrase et analyser la fonction du pronom se.

 

Dans certains emplois, se dire signifie « dire à soi-même »; se est alors complément indirect du verbe; il répond à la question dire à qui? à se, comme on aurait dire à Pierre, à lui. Dans ces cas, le participe passé dit demeure invariable puisqu’il n’y a pas d’objet direct placé devant le verbe, se étant objet indirect.

 

Exemples :

 

- Marie s’est dit qu’elle serait enchantée si les événements lui donnaient raison.

- Ils se sont dit qu’ils devaient être solidaires des décisions prises par la direction.

- Lucie et Jean-François se sont dit des mots doux toute la soirée. (Le complément direct des mots doux est placé après le verbe.)

 

 

Mais le verbe se dire peut avoir un sens différent et signifier plutôt « se déclarer ». Dans ces emplois, l’accord du participe passé est plus délicat. La plupart des grammairiens analysent alors se comme un complément direct et accordent dit avec ce complément, qui représente en fait le sujet. L’adjectif ou le participe qui suit s’accorde aussi avec ce complément.

 

Exemples :

 

- Marie s’est dite enchantée de la tournure des événements.

- Ils se sont dits solidaires des décisions prises par la direction.

 

 

Enfin, se dire peut également avoir un sens passif et être synonyme de avoir été dit. Dans ces cas, le participe passé s’accorde avec le sujet.

 

Exemples :

 

- Bien des choses se sont dites sur son compte, souvent sans fondement.

- Ces noms se sont dits à une époque antérieure.

 

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002