Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Paronymes



Amnistie et armistice

 

On confond parfois les noms amnistie et armistice qui ont une prononciation proche mais des sens bien différents.

 

Amnistie vient du grec amnêstia qui signifie « pardon ». Ce nom féminin, souvent employé dans le domaine du droit, a le sens de « mesure du pouvoir législatif qui a pour but d’effacer de façon officielle certaines condamnations en annulant les poursuites pénales ». L’amnistie concerne notamment la défense ou la libération des prisonniers politiques ou d’opinion. Dans la langue littéraire, amnistie peut aussi exprimer l’idée d’un pardon général.

 

Exemples :

 

- Des milliers de manifestants ont réclamé l’amnistie des homosexuels emprisonnés dans ce pays en raison de leur orientation sexuelle.

- L’organisme Amnistie internationale a pour mission de militer en faveur des droits humains.

- Peu importe ce qu’il faisait, elle lui accordait toujours une amnistie inconditionnelle.

 

 

Armistice vient du latin armistitium, de arma « arme » et de statio « état d’immobilité ». Ce nom masculin signifie « convention entre des armées ennemies pour mettre fin aux hostilités ». Au figuré, armistice a aussi le sens de « pause provisoire d’une lutte ou d’un débat qui permet de reprendre des forces ». Enfin, armistice peut aussi être employé avec une majuscule initiale pour désigner l’anniversaire de l’armistice de 1918 (fin de la Première Guerre mondiale), aussi appelé jour du Souvenir, fêté le 11 novembre pour commémorer les anciens combattants.

 

Exemples :

 

- L’armistice est souvent l’étape préliminaire à la paix entre des pays en conflit.

- Leurs disputes étaient parsemées d’armistices trop courts pour qu’ils puissent y trouver un quelconque sentiment de calme.

- Mon grand-père soulignait chaque année l’anniversaire de l’Armistice.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002