Banque de dépannage linguistique


La typographie
Mise en relief > Autres procédés de mise en relief



Majuscules et petites capitales

 

La mise en relief par l’emploi exclusif des majuscules est réservée aux grands titres, qui ne devraient pas comprendre plus de quatre ou cinq mots. De même, la mise en relief à l’aide de petites capitales se fait préférablement dans les titres et les sous-titres qui sont courts. On déconseille l’écriture d’un plus long passage ou d’un texte tout en majuscules (ou capitales) puisque ce procédé de mise en évidence ralentit la lecture. L’emploi des majuscules et des petites capitales dans les titres et les sous-titres permet notamment d’établir une hiérarchie des titres, ce qui facilite la compréhension de la structure du texte.

 

Exemples :

 

- RÉPONSE À UNE OFFRE D’EMPLOI 

 

- Comment noter les numéros de téléphone?

 

 

Les majuscules peuvent également servir à écrire un patronyme dans des contextes où il est utile de le différencier d’un prénom, notamment lorsque le patronyme risque d’être confondu avec le prénom; cet emploi est possible dans la signature d’une lettre, dans une liste et sur la couverture ou la page de titre d’un ouvrage. Dans une lettre, on met aussi en évidence les indications relatives à la nature de l’envoi (personnel, confidentiel, etc.) et au mode d’acheminement (recommandé, par exprès, etc.) en les écrivant en majuscules soulignées.

 

 

Exemples :

 

- Louis JEAN et Pierre VINCENT

 

PAR COURRIEL

 

 

Pour en savoir davantage sur les emplois particuliers des petites capitales, vous pouvez consulter l’article Petites capitales. Pour en savoir davantage sur l’emploi des majuscules et des petites capitales dans les titres et les sous-titres, vous pouvez consulter l’article Hiérarchisation des titres.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002