Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts sémantiques



Reconditionner

 

Le verbe reconditionner est formé du préfixe re- « encore, à nouveau » et du verbe conditionner. Ce dernier, selon le contexte, a le sens d’« être la condition de », « déterminer un ou plusieurs êtres à agir d’une certaine manière » ou encore « placer un produit destiné à la vente dans un contenant, un emballage ». En principe, le verbe reconditionner peut être employé pour désigner la répétition de l’une ou l’autre de ces actions.

 

Exemple :

 

- Afin de la revendre, les fraudeurs avaient reconditionné la totalité de la marchandise.

 

 

Sous l’influence de l’anglais, on emploie parfois à tort reconditionner au sens de « remettre en bon état ». On préférera à cet anglicisme sémantique des expressions comme remettre à neuf, remettre en état, réviser, restaurer, etc.

 

Exemples :

 

- Je connais un site Internet où l’on vend des baladeurs MP3 reconditionnés.

- Ça ne vaudrait pas la peine de reconditionner cette voiture accidentée.

- Bernard s’est acheté un piano ancien entièrement reconditionné.

 

On aura plutôt :

 

- Je connais un site Internet où l’on vend des baladeurs MP3 remis à neuf.

- Ça ne vaudrait pas la peine de remettre en état cette voiture accidentée.

- Bernard s’est acheté un piano ancien entièrement restauré.

 

 

De même, on remplacera le nom reconditionnement par remise à neuf, remise en état, révision, restauration, etc.

 

Exemples :

 

- Au fil des ans, Johanne s’est spécialisée dans le reconditionnement des appareils audio.

- Le reconditionnement de l’immeuble sera terminé sous peu.

 

On aura plutôt :

 

- Au fil des ans, Johanne s’est spécialisée dans la remise à neuf des appareils audio.

- La restauration de l’immeuble sera terminée sous peu.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002