Banque de dépannage linguistique


La prononciation
Phénomènes phonétiques



Diphtongaison

 

La diphtongaison est un changement dans la prononciation d’une voyelle qui consiste à modifier le timbre de celle-ci au cours de son émission. En d’autres mots, lorsqu’il y a diphtongaison, la voyelle se segmente en deux éléments vocaliques, ceux-ci appartenant toutefois à la même syllabe. La voyelle ainsi segmentée est appelée diphtongue.

 

Dans certaines langues, la diphtongaison est systématique, par exemple en anglais dans des mots comme boy [bOI] ou fine [faIn], en allemand dans des mots comme mein [main] ou en italien dans des mots comme buono [bwOno]. L’ancien français comptait également plusieurs diphtongues; elles sont disparues en français moderne mais ont toutefois laissé des traces dans la graphie de mots comme beau, fleur et fait.

 

Par ailleurs, des diphtongues peuvent exister comme des particularités de certaines communautés linguistiques. Dans le français parlé au Québec, la diphtongaison est relativement fréquente, en raison de l’allongement naturel de certaines voyelles lors de leur prononciation. En effet, plus une voyelle est longue, plus elle risque d’être instable et donc d’entraîner une diphtongaison. Notons enfin que l’on transcrit une diphtongue par deux symboles, le deuxième étant plus petit et surélevé.

 

Exemples :

 

-  père (pr) [paéR]

-  rêve (rv) [Raév]

-  sauter (so-outer) [sou]

-  pâte (paoute) [paut]

-  cœur (ka-eur) [ka4R]

-  nord (naour) [nauR]

 

 

Pour en apprendre davantage à ce sujet, vous pouvez notamment consulter l’article La syllabe.

 

Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

 

 

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002