Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La prononciation
Prononciation de certaines lettres



E muet

 

Le e dit « muet » est une voyelle centralisée, c’est-à-dire qu’il correspond au son que l’on prononce lorsque tous les organes de la phonation sont en position neutre. Son timbre varie légèrement selon le contexte et selon la provenance du locuteur mais, de façon générale, il est proche des sons [0] (eu), comme dans feu, et [4] (œ), comme dans bœuf. L’alphabet phonétique international le note ainsi : [e].

 

On lui attribue plusieurs noms : e muet, parce qu’il n’est pas toujours prononcé; e caduc, parce qu’il est fréquemment susceptible de tomber, de disparaître; e atone ou e inaccentué, parce qu’il fait rarement partie d’une syllabe accentuée; e féminin, parce qu’il constitue souvent la marque morphologique du féminin; et enfin, e instable en raison de sa réalisation ou non selon les contextes.

 

On peut dégager quelques règles générales relatives à la prononciation de ce e en français. Celui-ci est en effet habituellement prononcé dans certains contextes lorsqu’il permet d’éviter la rencontre de trois consonnes phonétiques; lorsqu’il porte l’accent; lorsqu’il a une valeur phonologique, c’est-à-dire lorsqu’il est susceptible de constituer l’unique phonème permettant de différencier un mot d’un autre; et dans l’interrogatif que.

 

Exemples :

 

- Prenez votre temps. [pRenévOtRet2] (pre-né-vo-tre-tan)

- Les employés du gouvernement l’espèrent fortement. [lEz2plwajédyguvERnem2lEspERfORtem2] (lè-zan-ploi-yé-du-gou-ver-ne-man-less-pèr-for-te-man)

- Tiens-le bien! [tj8lebj8] (ti-in-le-bi-in)

- pelage [pelaG] (pe-laj) et plage [plaG] (plaj)

- Que veux-tu de plus? [kev0tydeply] (ke-veu-tu-de-plu)

 

Par contre, dans d’autres contextes, le e muet n’est généralement pas prononcé, par exemple en finale de mot ou encore après une voyelle.

 

Exemples :

 

- Maryse adore la tarte aux pommes. [maRizadORlataRtopOm] (ma-riz-a-dor-la-tar-to-pom)

- C’est une pensée que je n’oublierai pas. [sEtynp2sékeGenubliRépa] (sè-tune-pan-sé-ke-je-nou-bli-ré-pa)

 

En outre, on remarque que ce e apparaît parfois spontanément entre certains mots afin d’en faciliter la prononciation; ce e n’a ici aucune correspondance à l’écrit.

 

Exemples :

 

- Il s’agit d’un film d’horreur. [ilsaGid6filmedOR4R] (il-sa-ji-dun-fil-me-do-reur)

- Demandez à monsieur Marc Bouchard. [dem2déam4sj0maRkebuSaR] (de-man-dé-a-meu-ssieu-mar-ke-bou-char)

 

 

Évidemment, les réalisations de ce e peuvent varier d’un locuteur à l’autre et selon le contexte. Retenons toutefois que dans un registre plus soutenu, on aura davantage tendance à prononcer le e muet.

 

 

Pour en apprendre davantage à ce sujet, vous pouvez notamment consulter l’article Articulation des voyelles.

 

Pour pouvoir visualiser la transcription en alphabet phonétique international (API), qui apparaît entre crochets, vous devez avoir la police de caractères API TLFQ. Vous pouvez la télécharger sur notre site en cliquant ici. Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : juillet 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles