Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Entrer et rentrer       Nouveauté

 

Le verbe entrer est attesté en français dès le Xe siècle. Il vient du latin intrare « pénétrer dans », lui-même dérivé de la préposition intra « à l’intérieur de ». Le verbe rentrer, lui, est apparu en français au XIIe siècle avec le sens général d’« entrer de nouveau dans ». Cependant, à partir du XVIIe siècle, rentrer a commencé à être employé sans idée de retour ni de répétition. Certains des sens qu’il a développés depuis sont en concurrence avec ceux d’entrer.

 

C’est ainsi que le verbe rentrer est devenu synonyme d’entrer au sens figuré de « pouvoir être contenu dans, faire partie de ». De plus, en emploi transitif avec l’auxiliaire avoir, rentrer a progressivement remplacé entrer au sens d’« introduire » ou de « faire disparaître ».

 

Exemples :

 

- Ce coffret rentre (ou : entre) dans ma valise.

- Faire de la révision linguistique rentre (ou : entre) dans ma description de tâches.

- J’ai dû rentrer ma voiture au garage pour y faire vérifier les freins.
(ou, plus rarement : entrer)

- Les déménageurs ont dû rentrer le réfrigérateur par la porte-fenêtre.
(ou, plus rarement : entrer)

- Ma chatte n’arrive plus à rentrer ses griffes. (ou, plus rarement : entrer)

 

 

Le verbe rentrer a aussi des sens qui lui sont propres. Il peut évidemment être utilisé avec son sens original d’« entrer de nouveau dans », en parlant d’un lieu, d’une situation ou d’une activité. On l’emploie aussi avec le sens intensif d’« entrer avec force ou complètement dans quelque chose » et avec le sens de « s’emboîter », en parlant de choses.

 

Exemples :

 

- Simon est rentré à la maison vers deux heures du matin.

- Mégane semble rentrée dans le droit chemin depuis son retour aux études.

- Les classes rentreront le 30 août cette année.

- J’avais tellement honte de lui que j’aurais souhaité rentrer sous terre.

- Ce jeu éducatif est fait de blocs de bois qui rentrent les uns dans les autres.

 

 

Dans la langue familière, le verbe rentrer est parfois employé dans le sens d’« aller à l’intérieur de » et d’« être admis dans un groupe, devenir membre de ». Plusieurs grammairiens attribuent ces emplois étendus de rentrer à la capacité du préfixe re- de renforcer l’expression. Ces deux emplois sont toutefois critiqués. Ainsi, dans la langue soignée, il vaut mieux utiliser entrer dans ces sens.

 

Exemples :

 

- Il est entré (et non : il est rentré) dans la salle de réunion en retard sans s’excuser.

- Elle est entrée (et non : elle est rentrée) dans l’administration publique après l’obtention de son baccalauréat.

 

 

Le verbe entrer a aussi de nombreux autres sens. Il a les sens temporels d’« être au début d’une période », construit avec la préposition dans; de « commencer à être dans un état », construit avec en ou dans; et de « commencer à faire quelque chose », construit avec en. Lorsqu’il est suivi de la préposition dans, entrer peut aussi signifier « s’engager dans un sujet pour l’étudier, le pénétrer comme par force », « comprendre, saisir » et « adhérer aux idées, aux sentiments de quelqu’un ». On l’emploie aussi au sens de « s’engager dans un état, une position, une situation ou une action ». Enfin, au passif, il a le sens propre d’« être utilisé dans la composition ou la fabrication d’une chose » et le sens figuré de « faire partie d’un ensemble » ou d’« être un élément de quelque chose ».

 

Exemples :

 

- À trente ans, on m’a souvent répété que j’entrais dans la meilleure période de ma vie. (« être au début d’une période »)

- Cette loi entrera en vigueur dès l’automne prochain. (« commencer à être dans un état »)

- Plusieurs analystes craignent que ces deux pays entrent en guerre sous peu. (« commencer à faire quelque chose »)

- Ce comédien parvient avec brio à entrer dans l’esprit de ses personnages. (« comprendre, saisir »)

- Laurent est entré avec enthousiasme dans le projet de son fils qui consistait à fonder sa propre entreprise. (« s’engager dans une action »)

- Elle entra dans l’histoire en devenant la première femme qui s’envola dans l’espace. (« s’engager dans un état »)

- Certains ingrédients qui entrent dans cette recette sont gardés secrets dans notre famille. (« être utilisé dans la composition d’une chose »)

- Ce boxeur entre dans la catégorie des poids lourds. (« faire partie d’un ensemble »)

- Leur maison est un lieu où il entre beaucoup d’amour et de joie de vivre. (« être un élément de quelque chose »)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : juillet 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles