Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Présentation assistée par ordinateur > Conception du diaporama



Adaptation de graphiques, de schémas et de tableaux pour le diaporama

 

Lors d’une présentation avec diaporama électronique, celui-ci a pour rôle d’aider l’auditoire à s’intéresser au message de l’orateur, à le comprendre et à le retenir. Pour qu’il puisse bien remplir ce rôle, il est parfois pertinent d’y inclure des graphiques, des schémas ou des tableaux. Ceux-ci permettent généralement à l’auditoire de saisir plus facilement le sens d’une information quelquefois complexe. À condition, cependant, qu’on sache comment en tirer profit.

 

Nombre de graphiques, de schémas et de tableaux

 

Si l’on incorpore au diaporama un trop grand nombre de graphiques, de schémas ou de tableaux, ceux-ci risquent de perdre de leur efficacité. D’une part, ils deviendront lassants; d’autre part, l’auditoire ne se souviendra probablement d’aucun d’entre eux une fois la présentation terminée. Autrement dit, la présence dans le diaporama de graphiques, de schémas ou de tableaux n’est avantageuse que si l’on choisit soigneusement ces derniers. Il est donc préférable d’écarter d’emblée tous ceux qui ne sont pas absolument essentiels à la bonne compréhension de l’ensemble.

 

Nombre d’éléments ou de données

 

Les graphiques, les schémas ou les tableaux qu’on intègre au diaporama doivent être simples, c’est-à-dire comporter le plus petit nombre possible de courbes, de points, de colonnes, etc. En effet, pendant la présentation, l’auditoire devrait pouvoir les lire sans effort d’analyse, en les mettant directement en relation avec ce qu’on dit. Dans le cas contraire, la compréhension de l’exposé pourrait être perturbée. Éventuellement, pour permettre à l’auditoire d’examiner certains graphiques, schémas ou tableaux plus complexes, il vaut mieux préparer un document imprimé.

 

Soin à apporter à la forme

 

Il faut voir à ce que le contenu l’emporte sur la forme. Même s’il peut être tentant d’enjoliver les graphiques, les schémas ou les tableaux qu’on incorpore au diaporama, on doit éviter de le faire : un aspect plus fantaisiste ou une représentation en trois dimensions peuvent en réduire la lisibilité, voire en fausser l’interprétation. Par exemple, dans un graphique, la perspective peut donner l’impression d’une augmentation alors qu’en réalité il y a diminution, ou l’inverse. Il faut garder en tête que les graphiques, les schémas ou les tableaux ne présentent un intérêt pour soutenir le message oral que s’ils sont parfaitement clairs.

 

Mise en évidence

 

On doit faire en sorte que les graphiques, les schémas ou les tableaux inclus dans le diaporama soient assez grands pour être vus distinctement à l’écran. On doit aussi veiller à ce qu’ils comportent des indications précises, de taille suffisante, écrites à l’horizontale. Il faut encore voir, s’il y a lieu, à ce que les informations qui indiquent le nom des différentes parties du graphique apparaissent directement dans la représentation plutôt que dans une légende. Par ailleurs, pour bien mettre en valeur ce que l’on souhaite montrer, on peut utiliser certaines astuces, comme colorer une ligne dans un tableau, renforcer l’épaisseur d’une courbe dans un graphique linéaire ou détacher une pointe d’un graphique circulaire. En somme, il faut trouver une manière efficace d’adapter un graphique, un schéma ou un tableau pour la projection.

 

Pour en apprendre davantage, vous pouvez consulter les articles des sous-thèmes Conception du diaporama, Documents connexes au diaporama, Graphiques et Figures et tableaux.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002