Banque de dépannage linguistique


L'orthographe
Homophones lexicaux



Baptistaire et baptistère

 

Il peut être difficile de distinguer les mots baptistaire et baptistère puisqu’ils se prononcent de la même façon et qu’ils sont tous deux rattachés au concept religieux de « baptême ».

 

Le mot baptistaire vient du latin baptizare « baptiser ». Employé comme nom, baptistaire désigne un extrait de l’acte de baptême, le document original qui constate le baptême d’une personne, dans lequel sont reprises certaines données de base qui figurent dans l’acte. Baptistaire peut aussi être employé comme adjectif au sens de « qui atteste un baptême ».

 

Exemples :

 

- Depuis quelques années, le gouvernement fédéral n’accepte plus les baptistaires comme documents permettant d’obtenir une carte de citoyenneté canadienne.

- C’est en consultant son baptistaire que Sophie a appris que son nom de baptême était Marie Anne Sophie Lévesque.

- Pour réaliser sa thèse de doctorat, ce chercheur a consulté une vingtaine de registres baptistaires datant du début du XIXe siècle.

 

 

Le nom baptistère vient quant à lui du latin baptisterium qui signifie « bâtiment où l’on baptise » et « fonts baptismaux ». Il peut désigner l’endroit où l’on baptise, situé à l’intérieur de l’église ou dans un bâtiment qui y est annexé. Par extension, il peut aussi désigner la chapelle d’une église où se trouvent les fonts baptismaux, c’est-à-dire le bassin qui contient l’eau du baptême.

 

Exemples :

 

- Si vous passez par Poitiers, je vous conseille d’aller visiter le baptistère Saint-Jean, l’un des plus anciens bâtiments chrétiens de France.

- Le baptistère de la basilique Notre-Dame, dont l’entrée principale se trouve à l’intérieur de la basilique, fascine avec ses fresques peintes par Ozias Leduc.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002