Banque de dépannage linguistique


L'orthographe
Homophones lexicaux



Détoner et détonner

 

Il faut distinguer les homophones détoner et détonner, qui ont une graphie très proche et la même prononciation, mais qui n’ont pas la même signification.

 

Le verbe détoner, écrit avec un n, vient du latin detonare, formé de l’élément de- et de tonare « tonner ». Il signifie « exploser avec force en faisant entendre un bruit violent ». On l’emploie aussi parfois au figuré au sens de « se produire de façon brusque et soudaine »; toutefois, le verbe exploser est plus couramment utilisé dans ce sens.

 

Exemples :

 

- Le jeune kamikaze a fait détoner sa ceinture d’explosifs dans un marché public bondé.

- L’artificier avait été formé pour faire détoner à distance des engins explosifs artisanaux.

- Chaque année, à Noël, les discussions animées entre mes oncles déclenchaient une querelle qui détonait à la manière d’une bombe.

 

 

Le verbe détonner, écrit avec deux n, est quant à lui dérivé du nom ton, qu’on emploie en musique. On l’emploie d’abord en musique avec le sens de « sortir du ton » ou de « chanter ou jouer faux ». Par analogie, il a aussi le sens figuré de « contraster, briser l’harmonie d’un ensemble ».

 

Exemples :

 

- Sylvie détonne trop fréquemment pour espérer devenir une chanteuse professionnelle.

- Lors de la soirée karaoké, Luc a détonné au point de faire fuir quelques clients du bar.

- Cette chemise rouge à carreaux détonne avec ces pantalons rayés bleu et blanc.

- Leur maison de style contemporain détonne dans ce quartier construit dans les années 1970.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002