Banque de dépannage linguistique


La syntaxe
Constructions syntaxiques boiteuses



Sujet sous-entendu du participe présent

 

Pour des raisons de clarté, le participe présent ou le gérondif dont le sujet est sous-entendu doit en principe renvoyer au sujet de la phrase (ou de la subordonnée) dans laquelle il s’insère. Notons que ce participe présent ou ce gérondif peut être employé seul ou former le noyau d’un groupe de mots plus complexe.

 

Exemples fautifs :

 

-  Ces jeux d’esprit stimulent la mémoire des aînés tout en ayant du plaisir.

-  Vendant leur maison, j’ai fait une offre d’achat à Carl et à Mathieu.

-  Le couteau, travaillant trop rapidement, a sectionné le doigt du cuisinier.

-  Vous a-t-il dit que, étant tombé, Julien a aidé son fils à se remettre debout?

 

On écrira plutôt :

 

-  Ces jeux d’esprit stimulent la mémoire des aînés tout en leur procurant du plaisir.

-  Carl et Mathieu vendant leur maison, je leur ai fait une offre d’achat.

-  Le cuisinier, travaillant trop rapidement, s’est sectionné le doigt avec le couteau.

-  Vous a-t-il dit que, son fils étant tombé, Julien l’a aidé à se remettre debout?

 

 

La règle qui vient d’être énoncée admet cependant de nombreuses exceptions, notamment dans les textes littéraires. En réalité, quand le contexte permet de lever toute équivoque, on accorde bien souvent peu d’attention à des structures qui devraient pourtant être considérées comme mal construites selon la règle. À ce propos, mentionnons le cas de certaines tournures passives ou impersonnelles et de phrases dans lesquelles le sujet sous-entendu du participe présent ou du gérondif, très général, peut être remplacé par on.

 

Exemples :

 

-  En approchant de la mer, le terrain s’élève. (F.-R. de Chateaubriand)

-  L’appétit vient en mangeant. (proverbe)

-  Maria n’ira pas bien loin car, en quittant la maison, ses pieds étaient déjà endoloris.

-  Sincèrement parlant, tu ne peux présenter une théorie aussi loufoque lors de ce congrès!

-  Cette facette de la question de l’immigration devra être étudiée en tenant compte des plus récentes études démographiques.

-  Te couchant toujours tôt, il faisait encore clair lorsque tu t’es mise au lit.

-  Supposant que Carey Price continue de bien jouer, les Canadiens pourraient accéder aux quarts de finale.

-  En logeant dans un hôtel aussi luxueux, les soucis quotidiens du voyageur deviennent inexistants.

 

 

Notons cependant que, dans les textes où l’on attend de la part du rédacteur qu’il respecte scrupuleusement les prescriptions grammaticales, notamment dans la correspondance administrative et dans les travaux scolaires, il vaut mieux s’en tenir à la règle. Aucun écart n’est d’ailleurs toléré dans la salutation qui termine une lettre. Et, dans tous les cas, si un participe passé ou un gérondif dont le sujet est sous-entendu cause des difficultés d’interprétation, l’énoncé dans lequel il s’insère devrait être reformulé.

 

Exemples fautifs :

 

-  Espérant une réponse positive, veuillez recevoir, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

-  Étant en retard, Michèle peste contre son mari.

 

On écrira plutôt :

 

-  Espérant une réponse positive, je vous prie de recevoir, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

-  Michèle, qui est en retard, peste contre son mari.

-  Son mari étant en retard, Michèle peste contre lui.

 

 

Pour en savoir davantage sur les ruptures de constructions syntaxiques dans la phrase, vous pouvez consulter les articles Adjectif qualificatif ou participe passé détaché du reste de la phrase et Sujet sous-entendu de l’infinitif.

 

 

Article rédigé en 2018

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002