Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes phraséologiques



Ne pas être sorti du bois

 

On emploie, au Québec, l’expression ne pas être sorti du bois, ainsi que sa variante ne pas sortir du bois, pour dire qu’on se trouve dans une situation problématique qui dure, voire qui risque de s’aggraver. Cette expression est parfois critiquée parce qu’elle est calquée sur l’anglais not to be out of the wood (woods). Pourtant, elle est correctement formée, bien ancrée dans la réalité socioculturelle québécoise et son sens est facilement interprétable. Conséquemment, nous considérons que l’emprunt à l’anglais ne pas être sorti du bois est un synonyme acceptable des autres expressions françaises avec lesquelles il coexiste, soit ne pas être sorti de l’auberge, ne pas être sorti du tunnel, ne pas être sorti de l’ornière et ne pas être sorti du pétrin. Ces dernières expressions sont utilisées tant au Québec qu’en Europe, chacune plus ou moins fréquemment, pour exprimer qu’on n’a pas fini d’avoir des ennuis.

 

Toutefois, ne pas être sorti du bois est considéré comme familier par quelques ouvrages sur la langue; c’est aussi le cas de ne pas être sorti de l’auberge, de ne pas être sorti du tunnel et de ne pas être sorti du pétrin. On réservera donc ces tournures à des situations de communication informelles. Autrement dit, dans un registre soutenu, on pourra avoir recours à des tournures comme ne pas être sorti de l’ornière, ne pas être tiré d’affaire ou ne pas être au bout de ses peines pour exprimer l’idée que l’on a encore beaucoup de difficultés à surmonter.

 

Exemples :

 

  Les Canadiens ne sont pas encore sortis du bois; le meilleur joueur de l’équipe est blessé. (ou, dans un registre soutenu : ne sont pas encore tirés d’affaire)

  Il n’est pas sorti du bois : elle a eu vent de ses infidélités.
(ou, dans un registre soutenu : n’est pas au bout de ses peines)

  Les personnes impliquées dans cette fraude ne sont pas sorties du bois, je vous le dis.

  Cet enseignant n’est pas sorti du bois; il doit corriger trente examens avant demain.

  Elle ne sortira pas du bois tant qu’elle ne portera pas plainte.

 

 

Notons que la tournure affirmative être sorti du bois, sortir du bois, « en avoir fini avec les ennuis » est aussi employée, même si elle semble un peu plus rare.

 

Exemples :

 

  Pierre a évité la faillite, mais il est tellement endetté qu’il lui faudra plusieurs années avant d’être sorti du bois.

  Cette employée sortira du bois seulement lorsqu’elle acceptera de confier des dossiers à ses collègues.

 

En français européen, on emploie sortir du bois dans un tout autre sens : « se manifester, dévoiler ses intentions ».

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Qu’est-ce qu’un anglicisme phraséologique?.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles