Banque de dépannage linguistique


La grammaire
Le verbe > Conjugaison



Dire à l'impératif

 

Comme la plupart des verbes, dire se conjugue à l’impératif présent de la même façon qu’à l’indicatif présent. Or, au présent de l’indicatif, ce verbe comporte une irrégularité à la deuxième personne du pluriel. On écrit : je dis, tu dis, il dit, nous disons, vous dites et ils disent. D’où la difficulté lorsque vient le temps d’employer l’impératif à la deuxième personne du pluriel; on ne dira pas disez mais bien dites. L’emploi fautif de la forme disez est une généralisation abusive de la finale -ez à un verbe qui, pour des raisons historiques, a une finale en -tes. Le verbe redire est le seul de la même famille que dire qui se conjugue exactement sur le même modèle que lui.

 

Exemples :

 

- Dites au client que je serai en retard d’une quinzaine de minutes. (et non : Disez aux clients)

- Ne redites jamais à personne ce que je viens de vous confier. (et non : Ne redisez jamais à personne)

 

 

Dans la même famille, les verbes contredire, dédire, interdire, médire et prédire se conjuguent comme dire, sauf à la deuxième personne du pluriel de l’indicatif présent et de l’impératif, où leur terminaison est -isez : contredisez, dédisez, interdisez, médisez et prédisez.

 

Exemples :

 

- Interdisez-leur de manger des sucreries avant le coucher, s’ils vous le demandent.

- Ne le contredisez pas aujourd’hui, il n’est pas dans son assiette!

 

 

Enfin, le verbe maudire fait exception et se conjugue sur le modèle du verbe finir, sauf au participe passé (maudit, maudite). À la deuxième personne du pluriel de l’indicatif présent et de l’impératif, il se conjugue donc en -issez : maudissez.

 

Exemple :

 

- Maudissez ce tyran qui vous a fait souffrir!

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002