Banque de dépannage linguistique


La typographie
Coupures > Coupures de mots



Coupure dans les abréviations et les sigles

 

La coupure (ou division) des mots doit être évitée dans les titres, dans l’affichage et dans les en-têtes de lettres, notamment dans les appellations d’organismes et de sociétés. Elle doit également être évitée autant que possible dans un texte soigné. Par contre, certaines coupures sont indispensables, dans les lignes courtes et les colonnes entre autres. Il convient alors de les faire dans le respect de certaines règles (sur lesquelles les codes typographiques ne sont cependant pas unanimes).

 

Dans les exemples qui suivent, le signe [ indique une coupure permise; la barre oblique (/), une coupure interdite.

 

On ne divise pas les sigles ni les acronymes, à moins que ces derniers ne soient devenus des noms communs.

 

Exemples :

 

- FTQ (Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec)

- INRS (Institut national de la recherche scientifique)

- Unesco (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization; Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture)

- la[ser

- cé[gep

 

On ne divise pas non plus les abréviations.

 

Exemple :

 

- encycl. (et non en/cycl. ni ency/cl.)

- s. l. n. d. (sans lieu ni date)

- suppl. (supplément)

 

 

Pour en apprendre davantage sur la division des mots, vous pouvez consulter les autres articles des sous-thèmes Coupures de mots et Coupures entre les mots.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002