Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Rédaction administrative et commerciale > Correspondance > Adressage > Destinataire



Désignation du ou de la destinataire

 

Le présent article traite principalement de l’écriture de l’adresse. Son contenu n’est pas exclusivement valable pour une enveloppe; il s’applique aussi à une adresse écrite dans un formulaire, une carte d’invitation, un curriculum vitæ, une lettre, etc. En ce qui a précisément trait à la lettre, il faut savoir que les éléments de sa vedette sont identiques à ceux d’une suscription, soit, justement, au nom et à l’adresse du ou de la destinataire sur une enveloppe.

 

 

Prénom

 

Le prénom du ou de la destinataire d’un envoi devrait idéalement être écrit au long. Lorsqu’on est contraint d’abréger un prénom composé, il faut prendre en considération ce qui suit : d’une part, les éléments d’un tel prénom sont habituellement liés par un trait d’union (il convient alors d’employer le trait d’union aussi dans la forme abrégée); d’autre part, il vaut mieux abréger les deux éléments formant un prénom plutôt qu’un seul. Pour en savoir davantage sur la façon d’abréger un prénom, vous pouvez consulter l’article Abréviation des prénoms.

 

Exemple :

 

Monsieur Jean-Paul Tessier

ou

Monsieur J.-P. Tessier

et non

Monsieur J.-Paul Tessier

ni

Monsieur Jean-P. Tessier

 

 

Quand un prénom est suivi d’une initiale, ce qui est un usage nord-américain, il ne s’agit pas là d’un prénom composé, mais de deux prénoms juxtaposés dont le second est abrégé. Ces éléments ne sont donc pas liés par un trait d’union. Pour en savoir davantage sur l’écriture des prénoms, vous pouvez consulter l’article Trait d’union dans les prénoms et les patronymes.

 

Exemple :

 

Monsieur Normand P. Beaulieu

et non

Monsieur Normand-P. Beaulieu

 

 

Nom de famille

 

Les deux noms formant un nom de famille (ou patronyme) composé sont généralement liés par un trait d’union. En effet, selon le Directeur de l’état civil du Québec, le nom de famille qu’on attribue à un enfant à sa naissance peut comporter deux parties, qui sont alors liées par un trait d’union. Il faut toutefois respecter la graphie de patronymes existants qui ne comporteraient pas de trait d’union. On évitera par ailleurs d’abréger le nom de famille. Pour en savoir davantage sur l’abréviation de saint dans un nom de famille, vous pouvez consulter l’article Abréviation de l’adjectif saint.

 

Exemples :

 

Claude Girard-Lajoie

Marie-Soleil Adam-Cartier

Jérôme Bélanger-St-Pierre

 

 

On ne fait pas suivre le nom du ou de la destinataire de ses titres honorifiques ni de ses grades universitaires.

 

Exemples :

 

Christine Lavoie

Conseillère pédagogique

et non

Christine Lavoie, B. Éd.*

Conseillère pédagogique

* B. Éd. : baccalauréat en éducation

 

Michel Simard

Réalisateur

et non

Michel Simard, C.Q.*

Réalisateur

* C.Q. : chevalier de l’Ordre national du Québec

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002