Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Bibliographie et citations > Citations



Ponctuation et appels de note

 

Les notes en bas de page sont utilisées pour fournir des compléments d’information ou pour indiquer la référence d’une citation ou l’origine d’un renseignement. Dans le corps d’un texte, ces notes sont signalées par des appels de note. Il convient alors de respecter certaines règles typographiques.

 

 

Forme de l’appel de note

 

L’appel de note prend le plus souvent la forme d’un chiffre en exposant, inscrit sans parenthèses. Ce sont les renvois les plus simples et les plus discrets. D’autres solutions peuvent toutefois être souhaitables, selon le contexte. Il faut par exemple veiller à ce qu’il n’y ait pas de confusion possible avec les exposants associés à des nombres ou à des unités de mesure, notamment dans des textes techniques ou scientifiques. Dans certains cas, il est alors conseillé d’utiliser plutôt l’astérisque, successivement simple, double et triple, ou encore des lettres ou d’autres symboles, par exemple la croix (). Par ailleurs, l’appel de note se compose généralement en romain maigre (même s’il suit un mot en italique ou en gras).

 

Exemples :

 

-  Nous nous réservons le droit d’apporter certaines modifications1.

-  L’installation comprendra 30 km* de câbles souterrains. […] Les dimensions du bâtiment du poste principal seront de 45 m sur 100 m**. (et non : 30 km1 […] 100 m2, pour éviter l’interprétation « 100 mètres carrés »)

 

 

Position de l’appel de note

 

L’appel de note se place immédiatement après le mot ou le groupe de mots auquel il se rapporte, dont il n’est séparé par aucun espacement. Il précède donc toujours le signe de ponctuation, sauf le point abréviatif. En fin de phrase, il est suivi du point ou autre signe de ponctuation final, même s’il suit un point abréviatif.

 

Exemples :

 

-  C’est ce qu’on appelle un « toponyme administratif1 ».

-  Ce document mentionne les noms d’États, de provinces, de territoires2, etc.3.

 

 

À la fin d’une citation, l’appel de note se place aussi avant la ponctuation et avant le guillemet fermant. Si plusieurs citations ou plusieurs mots cités sont concernés par une même note, on place préférablement un seul appel de note immédiatement après le dernier mot ou groupe de mots auxquels la note se rapporte.

 

Exemples :

 

-  Sa maxime préférée était : « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage2. » Ce vers de Boileau lui rappelait l’art poétique.

-  Dans le poème d’Anne Hébert, l’amour est tour à tour « meurtrier », « infâme », « funeste4 ».

 

 

On évitera de placer plusieurs appels de note l’un à la suite de l’autre, à moins que l’emploi d’un seul appel de note cause une ambiguïté. Si, par exemple, deux références doivent être indiquées pour un même passage, voire pour un même paragraphe, on emploiera plutôt un seul appel de note. Les références seront regroupées en une seule note et séparées par un point-virgule, dans l’ordre où elles sont citées dans le texte, le cas échéant.

 

Exemple :

 

-  Cette hypothèse a également été présentée dans les études récentes publiées par deux spécialistes du domaine1.

 

1. Charlotte BOULAY, Travailler au XXIIe siècle, 2018, p. 29; Martin GALLANTGuide de survie du travailleur et de la travailleuse, 2019, p. 178. 

 

 

Présentation de la note en bas de page

 

Les chiffres devant les notes en bas de page peuvent être en exposant. S’ils ne le sont pas, ils sont suivis d’un point. Ces chiffres (ou astérisques, lettres ou symboles, le cas échéant) sont séparés du texte de la note par une espace.

 

Exemples :

 

-  1 Les minuscules correspondantes sont accentuées.

-  1. Les minuscules correspondantes sont accentuées.

-  * Les minuscules correspondantes sont accentuées.

 

 

Complément :

 

Renvois et références dans un document imprimé (Citations)

 

 

Article mis à jour en 2019

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2019

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002