Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Protocole et activités publiques



Présentations

 

À l’arrivée sur les lieux d’une réception, les premières présentations se font lorsque les invités saluent l’hôte. Puis, tout au long de la réception, l’hôte veille à ce que les invités puissent faire connaissance. Afin de mener cette tâche à bien, il peut faire appel aux agents du protocole ou au personnel lié à l’organisation de l’activité.

 

Il n’est plus d’usage de faire une présentation réciproque dans le cas de personnes qui n’ont pas le même niveau hiérarchique. Cela évite de répéter le nom de la personne présentée et celui de la personne à qui on la présente, en reprenant la phrase à l’inverse.

 

Exemple :

 

- Monsieur le Député, permettez-moi de vous présenter le président de l’Association québécoise de l’industrie touristique, monsieur Daniel Blouin.

 

 

Il est aussi permis de simplement faire un geste de la main en direction de la personne que l’on veut présenter et de préciser son titre et son nom, sans faire une phrase complète.

 

Exemple :

 

- Le président de l’Association québécoise de l’industrie touristique, monsieur Daniel Blouin. (en faisant un geste de la main en direction de la personne que l’on veut présenter)

 

 

Il est même admis de mentionner seulement le titre de la personne que l’on présente.

 

Toutefois, lorsqu’on présente officiellement deux personnalités de même niveau ou deux personnes de même importance, on garde la formule des présentations réciproques.

 

Exemple :

 

- Monsieur Auger, (je vous présente) le président de la Fondation Lumière, monsieur André Boutin. Monsieur Boutin, (je vous présente) le président de la Fondation Art vivants, monsieur Michel Auger.

 

 

Ordre dans les présentations

 

Habituellement, on présente la personne la moins importante à celle qui l’est le plus, la plus jeune à la plus âgée, les invités locaux aux visiteurs, les gens qui arrivent à ceux qui sont déjà sur place, un entrepreneur à un client. La tradition voudrait qu’on présente toujours – ou presque – un homme à une femme. Ces principes doivent toutefois être adaptés à chaque situation; par exemple, on présenterait une personne âgée à un jeune ministre.

 

La personne à qui l’on souhaite présenter quelqu’un est celle à qui l’on s’adresse en premier. On peut aussi se présenter soi-même si l’occasion ne nous a pas été donnée d’avoir été présenté.

 

On dira donc :

 

- Bonjour, Madame (ou Monsieur), je crois que nous n’avons pas été présentés.

(Puis on tend la main en disant son titre et son nom.)

- Je suis la conseillère de monsieur Jean Gagnon. Je m’appelle Nicole Lajoie. (sans ajouter monsieur ou madame)

 

Normalement, notre interlocuteur se présente à son tour. On peut ensuite engager la conversation.

 

On se présente aussi à une personne qui ne semble pas se souvenir de nous, en lui rappelant les circonstances dans lesquelles nous avons déjà fait connaissance.

 

 

Réponses consécutives à une présentation

 

Les formules de circonstance doivent être constituées de phrases complètes, c’est-à-dire qu’on doit éviter les formules abrégées.

 

Exemples :

 

- Je suis ravi de faire votre connaissance. (et non Ravi de faire votre connaissance.)

- Je suis enchantée. (et non Enchantée.)

- C’est un plaisir de vous rencontrer.

 

 

Poignée de main

 

Enfin, si l’on est présenté à quelqu’un, il est préférable d’attendre que cette personne vous tende la main pour la saluer.

 

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002