Banque de dépannage linguistique


La typographie
Majuscules > Règles générales d'emploi de la majuscule



- Généralités sur la majuscule

 

Dans le domaine typographique, on peut distinguer majuscules et capitales.

 

Au sens strict, la capitale est une lettre imprimée qui s’oppose au bas de casse et qui sert à écrire des mots, des titres, des textes en entier. La grande capitale, qui est la capitale la plus usuelle, sert notamment à écrire la première lettre d’un mot ou d’un texte dont le reste serait écrit en petites capitales. Par exemple, dans un dictionnaire, les entrées sont généralement écrites en capitales; si l’entrée est un nom propre, la première lettre est une grande capitale et les autres lettres sont des petites capitales.

 

Exemples :

 

- GRANDES CAPITALES

- petites capitales

 

La majuscule a la même utilité que la grande capitale et s’oppose à la minuscule; elle peut être manuscrite ou imprimée. Le mot majuscule convient couramment dans tous les contextes.

 

La majuscule a deux fonctions : une fonction démarcative et une fonction distinctive; on parle donc plus simplement, selon le cas, de majuscule de position ou de majuscule de signification.

 

La majuscule étant le signe distinctif du nom propre, la première lettre d’un nom propre est toujours une majuscule. Par noms propres, on entend essentiellement les noms de personnes et les noms de lieux. Toutefois, différentes catégories de noms communs et d’appellations composées, employés dans un sens absolu ou revêtant une signification particulière, peuvent être assimilés à des noms propres, et donc prendre la majuscule. Dans ce cas, la majuscule est mise au premier mot sur lequel porte le caractère propre de l’appellation. L’adjectif qui précède ce mot prend généralement aussi la majuscule.

 

Par ailleurs, la majuscule est généralement liée au statut des sociétés et des organismes. Ainsi, l’usage s’est établi d’employer la majuscule au premier mot des dénominations de groupements chaque fois qu’on veut marquer le caractère unique des réalités qu’elles désignent, ce qui en fait des noms propres plutôt que des noms communs. Il va de soi que, cette notion d’unicité étant relative à l’étendue du territoire envisagé (pays, région, ville) et à l’importance qu’on accorde à telle société ou à tel organisme, tout jugement sur ce point comporte une part de subjectivité. Aussi l’usage en cette matière est-il particulièrement flottant : faute de principes absolus, on ne peut dégager que des tendances. L’important est de suivre des règles d’écriture cohérentes, raisonnées, et de respecter les trois principes suivants :

 

- Il faut éviter de multiplier les majuscules et, dans la mesure du possible, il ne faut employer qu’une seule majuscule par appellation, à moins qu’il ne s’agisse d’une dénomination complexe incluant une autre dénomination avec majuscule initiale. Les noms propres qui font partie d’une dénomination gardent bien sûr leur majuscule.

 

- Il ne faut pas se laisser induire en erreur par les sigles, dont toutes les lettres sont des majuscules, lorsqu’on écrit les dénominations en toutes lettres.

 

- Il faut se garder de calquer l’usage anglais, qui met une majuscule à tous les mots significatifs d’une dénomination.

 

 

Pour en savoir davantage sur les règles générales d’emploi de la majuscule, vous pouvez consulter les articles Majuscule de position, Majuscule de signification, Accents sur les majuscules, Majuscule elliptique et Majuscule dans les énumérations.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002