Banque de dépannage linguistique


La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des types de dénominations



Distinctions

 

En matière d’ordres et de décorations, les usages québécois et canadien diffèrent des usages européens.

 

Dans les usages québécois et canadien, on met la majuscule au terme générique et la minuscule au spécifique (sauf, évidemment, si ce dernier est un nom propre).

 

Exemples (Québec et Canada) :

 

- l’Ordre national du Québec

- l’Ordre des francophones d’Amérique

- l’Ordre du Canada

- la Croix de Victoria

- l’Étoile du courage

- la Médaille de la bravoure

 

 

Dans l’usage européen, on privilégie la minuscule au générique et la majuscule au spécifique.

 

Exemples (France) :

 

- l’ordre de la Libération

- la croix de la Légion d’honneur

- la médaille de la Résistance

 

 

Les grades chevalier, officier, grand officier, etc., correspondant à des distinctions honorifiques, s’écrivent en toutes lettres et en minuscules. (Dans des contextes très protocolaires, ils peuvent toutefois prendre la majuscule initiale.)

 

Exemples :

 

- Le comédien Gilles Latulippe a été fait officier de l’Ordre de la Pléiade à titre posthume.

- Mme Anne Lacour est chevalière de l’Ordre national du Québec.

 

 

Il est admis d’abréger les noms de ces grades dans certains écrits, tels que curriculum vitæ, annuaires, notices biographiques ou annonces professionnelles. La forme abrégée s’écrit en majuscules, avec points et généralement sans espaces.

 

Ordre national du Québec :

 

- chevalier ou chevalière : C.Q.

- officier ou officière : O.Q.

- grand officier ou grande officière : G.O.Q.

 

Ordre du Canada :

 

- Compagnon : C.C.

- Officier : O.C.

- Membre : C.M.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Prix et trophées.

 

 

Article mis à jour en 2018

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002