Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Pléonasmes



Bail de location

 

Les expressions bail de location et bail locatif constituent des pléonasmes parce qu’elles véhiculent deux fois une même idée. En effet, le nom bail est synonyme de contrat de location (ou de louage). Au moyen d’un bail, un propriétaire cède à un locataire l’usage d’un bien, à certaines conditions, selon une durée et un prix convenus.

 

Exemples :

 

- Lors de la reconduction du bail, le locateur a augmenté le loyer. (et non : du bail de location)

- La plaignante veut faire invalider certaines clauses du bail commercial. (et non : du bail de location commercial)

- Tu devras payer la réparation à la fin du bail de ton automobile. (et non : du bail de location de ton automobile)

- Puisqu’elle avait perdu son bail, elle en a demandé une copie au gestionnaire de l’immeuble. (et non : son bail de location [Par extension, bail désigne le document qui atteste le contrat.])

- La courtière de Julien l’a convaincu de ne signer aucun bail avec option d’achat, peu importe les clauses. (et non : aucun bail locatif avec option d’achat)

- La propriétaire a refusé la signature d’un sous-bail. (ou : a refusé la sous-location, la cession de bail, mais non : a refusé la signature d’un bail de sous-location)

 

 

Notons que le nom bail peut être employé au figuré, dans des expressions familières, au sens de « longtemps ».

 

Exemples :

 

- L’annonce de leurs fiançailles n’est pas une surprise. Ça fait un bail qu’ils se fréquentent!

- Je ne l’ai pas vu depuis un bail.

 

 

Au pluriel, on écrira des baux, sauf dans les mots composés. Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Pluriel des noms en -ail.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : décembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002