Banque de dépannage linguistique


L'orthographe
Problèmes liés aux consonnes



Laïc ou laïque

 

La finale -ic dans laïc et la finale -ique dans laïque servent généralement à distinguer le masculin et le féminin, peu importe que le mot signifie « qui n’appartient pas au clergé » ou « qui n’est pas un religieux ». Mais cette distinction entre le masculin et le féminin n’est pas toujours visible dans la finale du nom ou de l’adjectif.

 

Ainsi, pour ce qui est du nom, l’usage le plus répandu consiste à écrire laïc au masculin et laïque au féminin. Cependant, la forme laïque employée pour le nom au masculin n’est pas fautive.

 

Exemples :

 

- Un laïc ne peut célébrer des mariages à l’église. (ou : laïque)

- L’aide des laïcs est de plus en plus utile lors des activités religieuses.

- Deux bénévoles, une laïque et une religieuse, s’occupent de l’entretien des jardins.

- L’association féminine était dirigée exclusivement par des laïques.

 

 

Quant à l’adjectif, s’il s’écrit généralement laïque au masculin comme au féminin, la forme laïc concurrence la forme laïque au masculin.

 

Exemples :

 

- Le chef de l’État laïque et le chef religieux ont amorcé un dialogue prometteur. (ou : État laïc)

- L’adaptation à la vie laïque représente un réel défi pour quiconque quitte les ordres.

- Les membres de certaines communautés religieuses portent des habits laïques. (ou : habits laïcs)

- Les écoles laïques peuvent offrir des cours sur les religions.

 

 

Pour en savoir plus sur d’autres mots qui se terminent à l’oral en ik, vous pouvez consulter l’article -ic ou -ique.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002