Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Impropriétés



Jouir de

 

Le verbe jouir, suivi de la préposition de, signifie « profiter de » ou encore « bénéficier de ». Il appelle donc un complément qui implique un avantage ou un bénéfice, qui représente quelque chose d’agréable, de positif.

 

Exemples :

 

-  Le film L’aventure c’est l’aventure commence par cette citation : « Jouissez de la vie, il est beaucoup plus tard que vous ne le pensez. »

-  Roberto avait particulièrement joui de son triomphe à la course de relais.

-  Tu as toujours joui de l’estime de ta famille.

-  Le balcon de la chambre nous permet de jouir de la magnifique vue.

-  Elle a la chance de jouir d’une grande autonomie au travail.

 

 

Le complément de jouir de ne peut ainsi supposer quelque chose de désagréable, de pénible, de déplorable. Dans ce cas, on emploiera plutôt les verbes souffrir (de), avoir, pâtir (de), selon le contexte. Notons toutefois qu’un complément qui implique quelque chose de fâcheux peut être utilisé si un effet de style ironique ou humoristique est recherché.

 

Exemples :

 

-  Cette jeune fille a souffert d’une santé fragile durant son enfance. (et non : a joui d’une santé fragile)

-  Cet ancien politicien avait une très mauvaise réputation. (et non : jouissait d’une mauvaise réputation)

-  Cette région de la Russie souffre d’un climat très rude. (et non : jouit d’un climat très rude)

-  Le roi pâtit de cette infirmité toute sa vie. (et non : jouit de cette infirmité)

-  Moussa jouissait de son malheur, devant se contenter de se prélasser au soleil… (effet de style ironique; l’utilisation de jouir de est donc correcte ici)

 

 

Article rédigé en 2020

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : juin 2020

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2020