Banque de dépannage linguistique


La syntaxe
La mise en évidence



C'est... qui, c'est... que

 

Les structures c’est… qui et c’est… que sont couramment employées pour mettre en évidence un mot ou un groupe de mots en le détachant et en le plaçant en tête de phrase.

 

 

C’est… qui

 

Lorsque le mot ou le groupe de mots mis en évidence est en fonction de sujet, on l’encadre avec c’est… qui. Notons qu’on ne doit pas mettre de virgule devant qui. On doit par ailleurs s’assurer de repérer correctement le sujet mis en évidence, pour bien accorder le verbe avec celui-ci.

 

Exemples :

 

-  La baleine bleue est aussi appelée rorqual bleu.

C’est la baleine bleue qui est aussi appelée rorqual bleu. (la baleine bleue est le sujet)

 

-  Mon père n’avait pas raison.

Ce n’est pas mon père qui avait raison. (et non : Ce n’est pas mon père, qui avait raison; mon père est le sujet)

 

-  Je retournerai à l’université.

C’est moi qui retournerai à l’université. (et non : C’est moi qui retournera; moi est le sujet, mis pour je)

 

-  Elle, eux et toi retournerez à l’université.

C’est elle, eux et toi qui retournerez à l’université. (elle, eux et toi est le sujet)

 

 

C’est… que

 

On emploie c’est… que pour encadrer le mot ou le groupe de mots mis en évidence quand celui-ci est en fonction de complément. Notons qu’on ne doit pas mettre de virgule devant que. Si le complément est introduit par une préposition, on doit aussi placer cette préposition en tête de phrase.

 

Exemples :

 

-  Ma chambre sera peinte en bleu.

C’est en bleu que sera peinte ma chambre. (en bleu est le complément de l’adjectif peinte)

 

-  Exténuées, elles terminèrent leur journée.

C’est exténuées qu’elles terminèrent leur journée. (exténuées est le complément du nom elles)

 

Josée étudie la géographie.

   C’est la géographie que Josée étudie. (la géographie est le complément direct du verbe étudie)

 

-  Roberto partira pour Paris demain.

C’est demain que Roberto partira pour Paris. (et non : C’est demain, que Roberto partira; demain est le complément de phrase)

 

-  Je te parle de ce film depuis longtemps.

C’est de ce film que je te parle depuis longtemps. (et non : c’est ce film que je te parle; de ce film est le complément indirect du verbe parle)

 

 

Notons qu’il existe d’autres formulations permettant la mise en évidence, notamment de l’attribut du sujet, par détachement en tête de phrase : ce que… c’est, ce qui… c’est, ce dont… c’est, ce à quoi… c’est, etc.

 

Exemple :

 

-  Mylène est naturopathe, pas médecin!

Ce que Mylène est, c’est naturopathe, pas médecin! (naturopathe est l’attribut du sujet Mylène)

 

 

Compléments :

 

Détachement et reprise pronominale (La mise en évidence)

Là et la mise en relief c’est… que (L’adverbe)

La phrase de base (La phrase)

La phrase graphique et la phrase syntaxique (La phrase)

Les formes de phrase (La phrase)

Les manipulations syntaxiques (La phrase)

Les types de phrase (La phrase)

 

 

Article rédigé en 2018

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : décembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002