Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Pléonasmes



Crue des eaux

 

Une crue, c’est l’élévation périodique ou anormale du niveau d’un cours d’eau, et donc nécessairement des eaux de celui-ci. Bien que l’on puisse voir un pléonasme dans l’expression crue des eaux, cette dernière n’en demeure pas moins attestée dans certains dictionnaires de langue générale, et il n’est pas d’usage de considérer son emploi comme abusif.

 

Si le contexte de rédaction exige la concision, on pourra simplement employer crue sans rien changer au sens de la phrase.

 

Exemples :

 

  Deux maisons ont été lourdement endommagées par la crue.
(ou : … par la crue des eaux.)

  Hier, le journal titrait : « Une crue d’une ampleur exceptionnelle à Shannon! »
(ou : Une crue des eaux d’une ampleur exceptionnelle...)

  Une crue éclair de la rivière Jacques-Cartier peut survenir à l’automne comme au printemps. (ou : Une crue éclair des eaux de la rivière Jacques-Cartier…)

 

 

Lorsque le mot crue doit être qualifié par un adjectif, on lèvera toute ambiguïté quant à savoir si l’adjectif qualifie eaux ou crue, à l’écrit comme à l’oral, en employant seulement le mot crue.

 

Exemples :

 

  Les crues annuelles en Montérégie inquiètent les résidents.
(de préférence à : Les crues des eaux annuelles en Montérégie…)

  Personne ne souhaite voir se répéter les crues dévastatrices de l’an dernier.
(de préférence à : … les crues des eaux dévastatrices de l’an dernier.)

 

Notons que l’expression crue des eaux est rare en France, en Suisse et en Belgique, mais qu’elle est répandue dans l’usage au Québec et au Canada francophone.

 

 

Article rédigé en 2018

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : décembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002