Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Doublets abrégés



- Qu'est-ce qu'un doublet abrégé?

 

Le doublet abrégé est une dénomination issue de la réduction d’un doublet complet au moyen d’un signe de ponctuation (majuscule, point médian, barre oblique, trait d’union, virgule, point, parenthèses, crochets, etc.). Ainsi, le doublet abrégé un(e) entraîneur(-euse)* correspond au doublet complet un entraîneur ou une entraîneuse.

 

Étant donné que la rédaction épicène s’avère trop souvent mise de côté au profit du masculin générique par manque de place, l’Office québécois de la langue française juge que l’emploi des doublets abrégés est une option acceptable dans les contextes où l’espace est restreint (par exemple dans les tableaux, les formulaires, les publications sur des plateformes de microblogage) ainsi que dans les écrits de style télégraphique. L’emploi des doublets abrégés dans ces contextes peut ainsi favoriser la féminisation d’un plus grand nombre d’écrits.

 

Il est à noter que les textes suivis offrent suffisamment d’espace pour intégrer les doublets complets. Ces derniers donnent la même visibilité à une désignation masculine et à une désignation féminine, les deux apparaissant en toutes lettres : une employée ou un employé. En comparaison, le doublet abrégé réduit l’appellation au féminin à une finale : un(e) employé(e).

 

 

L’Office privilégie l’emploi des parenthèses ou des crochets dans les doublets abrégés. Pour en savoir plus, consultez l’article Les signes à privilégier.

 

* En linguistique, de façon générale, on utilise le trait d’union pour indiquer qu’une unité est une partie de mot (préfixe, suffixe ou radical). On ne l’utilise cependant pas devant une lettre de l’alphabet employée isolément.

 

 

Article mis à jour en 2018

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002