Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Admettre et avouer       Nouveauté

 

Les verbes admettre et avouer ont chacun plusieurs sens. Ils peuvent parfois prêter à confusion puisqu’ils ont en commun celui de « reconnaître pour réel, pour vrai ».

 

Exemples :

 

-  Il faut bien l’avouer : elle avait raison. (ou : l’admettre)

-  J’avoue m’être grossièrement trompé. (ou : J’admets)

-  Il admet avoir eu tort de réagir ainsi. (ou : Il avoue)

-  « Je me suis méprise », admit-elle. (ou : avoua-t-elle)

 

 

Avouer

 

Parmi les sens propres à avouer, il y a celui de « confesser, reconnaître (un acte blâmable) » et celui de « révéler quelque chose ».

 

Exemples :

 

-  Comment peut-on être amené à avouer un crime que l’on n’a pas commis?

-  Il lui est difficile d’avouer sa faute.

-  Il faudra bien que tu lui avoues ton secret un jour.

 

 

Admettre

 

Parmi les divers sens du verbe admettre, on trouve celui de « reconnaître ou considérer comme valable, comme exact », souvent avec une idée de conciliation ou de consensus. De plus, admettre peut exprimer une supposition ou évoquer une hypothèse provisoire, nécessaire pour la suite d’un raisonnement.

 

Exemples :

 

-  Tout le monde admet aujourd’hui que le Soleil ne tourne pas autour de la Terre.

-  On admettra au moins deux sens au verbe aimer.

-  Admettons que vous dites vrai; j’ai quand même peine à y croire!

 

 

En résumé, la règle générale veut qu’on avoue lorsqu’il est question de révéler une chose qu’on a tue ou cachée, et qu’on admette une chose lorsqu’on la reconnaît par un jugement de réalité ou de valeur.

 

 

Article rédigé en 2020

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : février 2020

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002