Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Rédaction dans les réseaux sociaux



Écriture des nombres       Nouveauté

 

Contrairement aux principes généraux d’écriture des nombres en lettres, il est admis dans les réseaux sociaux, spécialement dans les plateformes de microblogage, d’écrire en chiffres les nombres inférieurs à 10. Bien qu’il soit normalement préférable d’éviter de commencer une phrase par un nombre écrit en chiffres, cet usage est lui aussi toléré dans les réseaux sociaux, étant donné la concision attendue du message à livrer.

 

Exemples :

 

-  La Cour confirme une peine de 6 mois pour l’accusé. #fraudefiscale

-  4 bonnes raisons d’#épargner tôt en prévision de la #retraite.

 

 

Il est préférable, voire avantageux dans le contexte du microblogage, d’écrire en lettres la portion des nombres qui comportent six zéros et plus. En fait, ces zéros représentent notamment les noms million et milliard, qui sont des substantifs (par exemple, le nombre 20 000 000 s’écrit 20 millions).

 

Exemples :

 

-  La #populationmondiale atteindra 9,8 milliards en 2050.

-  200 millions de femmes ont été victimes de #MGF, selon @UNICEF. #JournéeinternationalecontrelesMGF

 

Ajoutons que, lorsqu’on réfère à des montants d’argent, il est conseillé de faire précéder les symboles d’unités monétaires de ceux du système international d’unités k (kilo), M (méga), G (giga), T (téra). Il n’y a pas d’espace entre ces derniers et le symbole de l’unité monétaire. Il est aussi admis d’exprimer les sommes d’argent en combinant le symbole de l’unité monétaire avec les noms million et milliard.

 

Exemples :

 

-  Nos actifs au Japon ont été vendus en 2005 au prix de 1,7 G$ et ont généré un gain de 800 M$.

-  100 millions $ par année seront investis pour stimuler l’économie du Québec. #économiequébécoise

 

 

Article mis à jour en 2019

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : mai 2019

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002