Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Résultat de la recherche
La grammaire
Les homophones grammaticaux



Quand, quant à et tant qu'à

 

La conjonction quand, qui signifie « lorsque », s’écrit avec un d à la finale. On peut confondre cette conjonction avec quant, forme que l’on ne trouve que dans la locution prépositive quant à et dans le nom quant-à-soi, qui s’écrit avec un t à la finale.

 

La conjonction quand est rarement suivie de la préposition à; on trouve quand à dans certains cas d’inversion de style plutôt littéraire ou lorsque quand est suivi d’une incise. Dans tous ces cas, quand peut être remplacé par lorsque.

 

Exemples :

 

- Quand je serai prête, je t’appellerai. (et non : Quant je serai prête)

- Quand il est arrivé, tout était prêt. (Il ne faut pas se laisser induire en erreur par le son [t] () commandé par la liaison.)

- Quand à la nuit succède le jour, les esprits s’éveillent.

- Quand, à la fin de l’hiver, le soleil se couche plus tard, l’espoir renaît.

 

 

La locution prépositive quant à a un tout autre sens; elle signifie « en ce qui concerne, au sujet de, pour ce qui est de ». Cette locution, dont les deux mots ne sont jamais séparés par une virgule, peut être suivie d’un nom, d’un pronom personnel ou d’un verbe à l’infinitif.

 

Exemples :

 

- Quant à Laurent, il ne pourra se joindre à nous, puisqu’il sera en voyage. (et non : Quand à Laurent)

- Quant au chien de Ginette, c’est Marc qui s’en occupera pendant son absence.

- Quant à moi, j’irai travailler demain.

- Quant à inviter ton frère à dormir chez nous, je ne crois pas que ce soit une bonne idée.

 

 

On peut aussi confondre la locution quant à avec l’expression tant qu’à, puisqu’elles sont très proches phonétiquement. L’expression tant qu’à peut signifier « s’il le faut » ou « s’il faut aller jusque-là » et elle peut uniquement être suivie d’un verbe à l’infinitif (verbe qui peut cependant être précédé d’un pronom).

 

Exemples :

 

- Tant qu’à rester seul chez toi, tu devrais venir souper avec nous. (et non : Quant à rester)

- Tant qu’à faire, nous devrions proposer à Philippe de venir aussi.

- Tant qu’à faire une fête, nous devrions inviter plusieurs personnes.

- Tant qu’à travailler, essayons d’y trouver du plaisir.

- Prenez aussi ce livre-là, tant qu’à y être!

 

 

Pour pouvoir visualiser la transcription en alphabet phonétique international (API), qui apparaît entre crochets, vous devez avoir la police de caractères API TLFQ. Vous pouvez la télécharger sur notre site en cliquant ici. Pour vous familiariser avec les symboles de l’API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l’article Alphabet phonétique international.



Haut


Site du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles