Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Résultat de la recherche
La prononciation
Prononciation de certaines lettres



T euphonique

 

On appelle t euphonique ou t analogique le t ajouté entre le verbe et un pronom sujet de troisième personne (il, elle et on) lorsqu'il y a inversion de ce verbe et de ce sujet. Cette inversion se produit dans une structure interrogative ou dans une phrase incise. L'ajout du t euphonique n'est exigé que lorsque le verbe se termine par un -e muet ou par un -a, et avec les verbes vaincre et convaincre. Un trait d'union précède et suit le t euphonique.

 

Exemples :

 

- Mange-t-on du homard ce soir?

- Viendra-t-il au spectacle avec nous?

- A-t-il dit qu'il acceptait notre offre?

- La vraie histoire, ajouta-t-elle, est tout à fait incroyable.

- Vous convainc-t-il par ses arguments ou par ses menaces?

- Y a-t-il un problème?       

- Qu’en dira-t-on? (À ne pas confondre avec les qu’en-dira-t-on.)

 

L'appellation t euphonique s'explique par le fait que l'ajout de cette lettre permet d’éviter un hiatus, c'est-à-dire la rencontre de deux voyelles, entre la voyelle finale du verbe et la voyelle initiale du pronom. L'appellation t analogique vient du fait que c'est par analogie avec les autres formes verbales que l'on a choisi la consonne t, marque verbale propre à la troisième personne du singulier (il finit, elle savait, on croit).

 

Le t euphonique n'étant nécessaire que lorsque le verbe finit par une voyelle, sa présence est superflue avec les verbes se terminant par un -d qui se prononce t; on écrira donc : répond-il? entend-elle? prend-on? et non répond-t-il? entend-t-elle? prend-t-on?

 

Il ne faut pas confondre le t euphonique avec le t qui résulte de l'élision des pronoms personnels te ou toi (à l’impératif notamment) et qui est suivi d’une apostrophe.

 

Exemples :

 

- Va-t’en.

- Méfie-t’en.

- Souviens-t’en.

- Prends-t’en plusieurs. (et non pas Prends-en-toi…, ni Prends-toi-z-en…)

- Ne t’y fie pas.

- Mets-t’y sans tarder. (et non pas Mets-y-toi…,  ni Mets-toi-z-y…)

- Nous t’envoyons le rapport immédiatement.



Haut


Site du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles