Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Résultat de la recherche
La rédaction et la communication
Bibliographie et citations > Bibliographie et notices bibliographiques > Généralités sur les notices bibliographiques



Éléments de la notice bibliographique

 

Une notice bibliographique comporte différents éléments qui varient en fonction de la nature du document. Il existe deux méthodes pour présenter les références bibliographiques : la méthode traditionnelle et la méthode auteur-date. Dans la méthode traditionnelle, on place l’année de parution après le nom de l’éditeur, tandis que dans la méthode auteur-date, l’année de parution se place immédiatement après le nom de l’auteur. Le choix de l’une ou de l’autre méthode est lié au mode de présentation des citations dans le texte. Si les références sont placées en note de bas de page, de fin de chapitre ou de document, on adopte la méthode traditionnelle. Par contre, si les références sont présentées entre parenthèses dans le texte même, on opte pour la méthode auteur-date.

 

La première ligne d’une notice bibliographique est habituellement alignée à la marge de gauche et les lignes suivantes sont en retrait (composition en sommaire simple). La dernière ligne de la notice se termine par un point.

 

Si la notice est complétée à l’aide d’ouvrages de référence, l’information doit être présentée entre crochets. Les crochets marquent des interventions attribuables à une autre personne que l’auteur du document-source.

 

Auteur ou auteure

 

Le nom de l’auteur principal, qui est la personne responsable du contenu intellectuel du document, est mentionné en premier et s’écrit entièrement en majuscules ou en petites capitales. Il est suivi d’une virgule, du prénom en toutes lettres (idéalement) avec majuscule au début seulement et des initiales des autres prénoms s’il y a lieu. Le nom de l’auteur est suivi d’un point dans la méthode traditionnelle; il est suivi de la date entre parenthèses et d’un point dans la méthode auteur-date.

 

S’il y a deux auteurs, on coordonne les deux noms par la conjonction et, précédée d’une virgule; le prénom du second auteur précède son patronyme (nom de famille). S’il y a trois auteurs, on met une virgule entre le prénom du premier et celui du deuxième, puis on met la conjonction et, non précédée d’une virgule, entre le patronyme du deuxième et le prénom du troisième. S’il y a plus de trois auteurs, on indique le nom et le prénom du premier en les faisant suivre d’une virgule et de la mention et autres ou et collab. (pour et collaborateurs) de préférence à l’abréviation latine et al. (pour et alii « et les autres »).

 

Exemples :

 

MAILHOT, Louise. […]

MAILHOT, Louise (2011). […]

CORBEIL, Jean-Claude, et Ariane ARCHAMBAULT. […]

POISSON-QUINTON, Sylvie, Reine MIMRAN et Michèle MAHÉO-LE COADIC. […]

BEM, Jeanne, et collab. […]

 

Lorsque le document est produit par une collectivité, c’est-à-dire un organisme, une entreprise, une administration publique, etc., c’est cette collectivité qui tient lieu d’auteur. On inscrit donc son nom en majuscules. Si elle est subordonnée à une autre collectivité, c’est cette dernière qui est mentionnée en premier.

 

Pour ce qui est d’un corps législatif, on inscrit d'abord le nom géographique de l'instance (pays, province, État), puis le nom légal du corps législatif. Il n’est toutefois pas nécessaire d’écrire le nom du pays, de la province ou de l’État si celui-ci est compris dans un nom d’organisme, de ministère, de secrétariat d’État, etc.

 

Quand la collectivité est connue sous un sigle, il est préférable d’inscrire l'appellation au long. Cependant, quand la collectivité est mieux connue sous un acronyme, c'est-à-dire un sigle qui se prononce comme un mot, on utilise l'acronyme.

 

Exemples :

 

GROUPE QUÉBÉCOIS POUR LA MODERNISATION DE L’ORTHOGRAPHE DU FRANÇAIS. […]

UNIVERSITÉ LAVAL. DÉPARTEMENT DE LANGUES, LINGUISTIQUE ET TRADUCTION. […]

Belgique. CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS. […]

FRANCE. MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L’INDUSTRIE. […]

OFFICE QUÉBÉCOIS DE LA LANGUE FRANÇAISE. […]

CANADA. MINISTÈRE DU REVENU. […] (plutôt que Revenu Canada)

ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA. […] (plutôt que AFPC)

ISO.  […] (plutôt qu'Organisation internationale de normalisation)

 

Lorsque le nom de l’auteur n’est pas mentionné, c’est le titre du document qui figure en premier.

 

Exemple :

 

Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, […]

 

Titre et sous-titre

 

Le titre principal de l’ouvrage s’écrit en italique ou en romain souligné. S’il y a un sous-titre, il est précédé d’un deux-points, commence généralement par une minuscule et s’écrit en italique, comme le titre principal. Une virgule suit le titre complet du document. Pour en savoir davantage sur l’usage des majuscules dans les titres, vous pouvez consulter l’article Titres d’œuvres et de publications périodiques.

 

Lorsqu’il s’agit du titre d’un article de périodique, on l’écrit entre guillemets, en romain; vient ensuite le titre du périodique ou de la revue, en italique.

 

Lorsque le titre est dans une langue étrangère, la référence bibliographique est rédigée conformément à la norme en usage pour le reste de la bibliographie. Les majuscules doivent toutefois être conformes à celles du titre original. Si on le juge approprié, on peut inscrire la traduction du titre entre crochets, après le titre. Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Document en langue étrangère.

 

Exemples :

 

[…] Les emprunts au Québec : quelle stratégie privilégier?, […]

[…] « La politique linguistique du Québec », Métasyntaxique, […]

[…] Der Vorleser [Le liseur], […]

 

Auteur ou auteure secondaire

 

La notice bibliographique peut comporter le nom d’auteurs secondaires. Ce sont des personnes ou des organismes qui ont contribué à la réalisation d’un document ou d’une œuvre à titre de rédacteur, de traducteur, d’illustrateur, de préfacier, de réalisateur, de producteur, etc. Le nom de ces auteurs et la nature de leur contribution apparaissent après le titre et sont suivis d’une virgule.

 

Dans le cas d’un ouvrage préparé par plusieurs auteurs sous la direction d’une personne (parfois appelée éditeur scientifique), deux possibilités se présentent : soit la personne assumant la direction de la publication est considérée comme l’auteur principal et son nom figure en début de notice, suivi de la mention dir. ou éd.; soit elle est considérée comme un auteur secondaire et son nom figure alors après le titre de l’ouvrage, dans une mention telle que sous la direction de, édition préparée par, textes rassemblés par ou encore recueil de textes préparé par.

 

Exemples :

 

MARCOUX, Jean. Les oiseaux du Québec, illustrations de Céline Marcotte, […]

BOUCHARD, Paul. L’enfance oubliée, traduit de l’anglais par Lucie Lemieux, […]

DAUMÉ, Pauline. Nouvelles de Bretagne, avant-propos de J.-C. Légaré, […]

BOIVIN, Antoine (dir.). Panorama du monde vinicole, […]

Panorama du monde vinicole, sous la direction d’Antoine Boivin, […]

 

Édition

 

Les précisions concernant l’édition se trouvent après titre ou, le cas échéant, après le nom de l’auteur secondaire. Ces précisions sont suivies d’une virgule. Dans le cas d’une première édition, on n’en mentionne généralement pas le numéro. On emploie habituellement les abréviations usuelles.

 

Exemples :

 

[…] 2e éd., […]

[…] éd. canadienne, […]

[…] 5e éd. ent. rev. et augm., […]

 

(Ici, l’abréviation ent. revue et augm. signifie « entièrement revue et augmentée ».)

 

Lieu de publication

 

Le lieu de publication correspond à un nom de ville. Si le lieu n’est pas mentionné dans le document, on écrit [s. l.], ce qui signifie « sans lieu ». Lorsque la ville est peu connue, il peut s’avérer nécessaire de préciser la province, l’État ou le pays, le plus souvent entre crochets. Il n’est cependant pas utile de faire cet ajout si une mention se référant à la province, à l’État ou au pays figure dans le titre du document. Le lieu de publication est suivi d’une virgule.

 

Exemples :

 

[…] Paris, […]

[…] Montréal, […]

[…] [s. l.], […]

[…] London [Ont.], […]

 

Maison d’édition

 

Si l’éditeur n’est pas mentionné, on écrit [s. n.], ce qui signifie « sans nom ». S’il s’agit d’une coédition, on sépare les deux adresses bibliographiques par un point-virgule. La maison d’édition est suivie d’une virgule.

 

Exemples :

 

[…] Les éditions du Boréal, […]

[…] Éditions Beauregard, […]

[…] [s. n.], […]

[…] Paris, l’Harmattan; Montréal, Boréal, […]

 

Date de publication

 

Traditionnellement, la date de publication se place après le nom de la maison d’édition, suivie d’une virgule. Dans la présentation auteur-date, toutefois, elle suit le nom de l’auteur et précède le titre du document. Notons qu’elle est alors placée entre parenthèses et suivie d’un point.

 

Si l’année ne figure pas sur la page de titre, on mentionne l’année des droits réservés, en faisant précéder le millésime (l’année) d’un c (pour copyright). Si l’année n’est pas mentionnée, on écrit [s. d.], ce qui signifie « sans date ». Lorsque plusieurs documents du même auteur ont été écrits la même année, on fait suivre la date d’une lettre minuscule pour distinguer les ouvrages.

 

Exemples :

 

[…] Paris, First, 2011, […]

[…] MAILHOT, Louise (2011). […]

[…] c2013, […]

[…] [s. d.] […]

[…] 1999a, […]

[…] 1999b, […]

 

Pour un périodique ou un article de périodique, on inscrit d’abord le volume suivi d’une virgule et le numéro. On inscrit ensuite la date, suivie d’un point.

 

Lorsque la publication comporte plus d’un volume et s’étend sur plusieurs années, on mentionne les dates de parution du premier et du dernier volume, reliées par un trait d’union, par exemple 1992-1996. Si le dernier volume n’est pas encore publié, on inscrit la date suivie d’un trait d’union seulement, par exemple 1992-.

 

Exemples :

 

[…] vol. 5, no 6, juin 2000. […]

[…] no 1, 20 octobre 1884. […]

[…] 1997-. […]

 

Tome ou volume

 

Le titre du tome ou du volume s’écrit en italique. Le nombre de volumes ou de tomes sert à désigner précisément le nombre d’unités matérielles que comporte l’œuvre quand elle est sur support papier. L’abréviation de tome est t.; celle de volume, vol. Les indications de tome et de volume sont suivies d’une virgule.

 

Exemples :

 

[…] 3 t., […]

[…] 12 vol., […]

[…] viii, […]

 

Pages

 

Le nombre de pages est indiqué par l’abréviation p. Outre les pages indiquées en chiffres arabes, il peut être utile de préciser, le cas échéant, le nombre de pages indiquées en chiffres romains (petites capitales) et, entre crochets, le nombre de pages non paginées. L’indication du nombre de pages se termine toujours par un point.

 

Exemples :

 

[…] 157 p.

[…] xii-172 p. […]

[…] p. 103-111. […]

 

Collection

 

Le titre de la collection peut comporter ou non, justement, le nom collection (parfois abrégé en coll.). Ce titre est précédé de deux espaces et figure entre parenthèses. On met un point après la parenthèse fermante. S’il y a un numéro de collection qui s’ajoute au titre, on fait précéder ce numéro d’un point-virgule.

 

Exemple :

 

[…] p. 103-111. (Recontres).

[…] 128 p. (coll. Que sais-je ?; 2818).

 

 

Notes

 

Les notes servent à ajouter tout renseignement complémentaire jugé utile. La note est suivie d’un point et est présentée entre crochets. Les crochets marquent des interventions attribuables à une autre personne que l’auteur du document-source.

 

Exemples :

 

[…] [Pour usage interne seulement].

[…] [À paraître]. [Publié antérieurement sous le titre : Traité de chimie].

 

Exemples complets de références bibliographiques :

 

Présentation traditionnelle

 

GUILLOTON, Noëlle, et Hélène CAJOLET-LAGANIÈRE. Le français au bureau, 6e éd. rev. et augm. par Noëlle Guilloton et Martine Germain, Sainte-Foy, Les Publications du Québec, c2005. 754 p.

 

AUDET, Marie. « Comment atteindre l’objectif zéro faute? », Revue québécoise de grammaire, vol. 8, no 4, décembre 2001, p. 35-48.

 

Dictionnaire historique de l’orthographe française, sous la dir. de Nina Catach, Paris, Larousse, 1995, 1327 p.

 

Présentation auteur-date

 

GUILLOTON, Noëlle, et Hélène CAJOLET-LAGANIÈRE (2005). Le français au bureau, 6e éd. rev. et augm. par Noëlle Guilloton et Martine Germain, Sainte-Foy, Les Publications du Québec, 754 p.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles de la section Notices par types de documents. Vous pouvez aussi consulter les articles Renvois et références en bas de page, Bibliographie, Formules et abréviations en usage dans les références bibliographiques et Présentation auteur-date.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : juillet 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles