Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Résultat de la recherche
La syntaxe
Les prépositions > Préposition devant un nom



D'ici ou d'ici à

 

La locution d’ici (à) exprime en soi le point de départ, dans le temps ou dans l’espace, de quelque chose, ce point correspondant au lieu où l’on est ou au moment présent. Elle est suivie d’un complément de lieu ou de temps qui marque l’aboutissement, le point d’arrivée ou la limite de fin de ce quelque chose.

 

La locution d’ici peut être suivie ou non de la préposition à. Dans l’usage actuel, on a tendance à omettre cette préposition surtout lorsque d’ici introduit un élément temporel exprimant un moment ultérieur.

 

Exemples :

 

D’ici (à) demain, je devrais avoir terminé la rédaction de ce texte.

D’ici (à) Noël, j’ai l’intention d’économiser de l’argent pour aller skier avec mes amis.

- Il compte repartir d’ici quelques semaines.

 

La locution d’ici à est principalement employée devant un complément qui exprime un lieu. Il arrive aussi, dans un style plus soutenu, qu’elle soit utilisée devant un complément temporel.

 

Exemples :

 

D’ici à Montréal, il y a environ 250 kilomètres.

- J’ai couru d’ici à la pharmacie sans même m’arrêter une seule fois.

D’ici au mois de février, je suivrai des cours de danse latine tous les mardis.

 

 

D’autres expressions sont formées à partir d’ici : la locution d’ici là, qui marque la période entre le moment présent et un moment futur mentionné antérieurement dans le texte; l’expression d’ici peu, dont la signification est « prochainement ».

 

Exemples :

 

- Nous nous reverrons mardi prochain. D’ici là, nous devons réfléchir chacun de notre côté.

- J’espère que tout sera réglé d’ici peu.

 

 

Les constructions d’ici que et d’ici à ce que, qui sont toujours suivies d’un verbe au subjonctif, introduisent une action ou un événement qui constitue la limite de fin. Elles se distinguent par leur registre d’emploi : d’ici à ce que appartient au registre courant, alors que d’ici que, moins fréquent, appartient plutôt au style soutenu.

 

Exemples :

 

- D’ici à ce que j’aie terminé ma maîtrise, je consacrerai tous mes temps libres à mes études.

D’ici que tu reviennes, je m’occuperai de tes enfants comme s’ils étaient les miens.



Haut


Site du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles