Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Résultat de la recherche
La grammaire
Les homophones grammaticaux



Pour ce faire et pour se faire

 

La locution pour ce faire et la suite de mots pour se faire sont des syntagmes homophones : elles se prononcent de la même façon, mais sont employées dans des contextes différents. Il est donc important de ne pas les confondre.

 

Pour ce faire, qui signifie « à cette fin » ou « pour parvenir à un tel résultat », contient le pronom démonstratif ce, qui désigne ou reprend ce qui a été dit. Il agit ici comme complément direct. On trouve aussi ce pronom dans des locutions telles que ce disant et ce faisant, qui peut être remplacé par cela (pour faire cela, en faisant cela). Employée en début de phrase, la locution est suivie d’une virgule. Il importe de ne pas confondre ce faisant, qui signifie « en agissant ainsi », et se faisant (du verbe se faire).

 

Exemples :

 

- En cas de sinistre, il faut agir rapidement. Pour ce faire, il suffit de vous référer aux procédures qui sont à votre disposition à l’accueil.

- La prochaine étape est de battre les œufs; pour ce faire, utilisez un fouet.

- Le déménagement devra être fait rapidement. Ils devront engager des déménageurs professionnels pour ce faire.

- Les enfants ont dessiné sur les murs et, ce faisant, ils se sont sali les mains.

 

 

Quant au pronom personnel réfléchi se, contenu dans le syntagme pour se faire, on le rencontre dans les constructions pronominales. Il s’agit d’un pronom de troisième personne, singulier ou pluriel. Pour se faire est généralement suivi d’un verbe à l’infinitif, mais peut aussi être suivi d’un nom, introduit ou non par une préposition.

 

Exemples :

 

- Son mari lui a apporté de belles fleurs pour se faire pardonner d’avoir oublié leur anniversaire de mariage.

- Il faut lui laisser du temps pour se faire à l’idée.

Pour se faire une bonne opinion de quelqu’un, il vaut mieux laisser passer les premiers instants.

 

 

En outre, il est aussi possible d’observer la séquence pour se faire en emploi absolu, généralement en début de phrase et suivi d’une virgule. C’est son sens qui permettra de la distinguer de pour ce faire. Elle signifie ici « pour se réaliser, pour arriver, pour se produire, pour avoir lieu ». On peut toutefois la remplacer par une formule plus claire.

 

Exemples :

 

Pour se faire, le festival est tenu de trouver des partenaires désireux d’investir dans les spectacles. (ou : pour qu’il puisse se réaliser)

Pour se faire, l’activité devra bénéficier d’un temps clément. (ou : pour qu’elle puisse avoir lieu)

 

 

Pour en savoir davantage sur les homophones grammaticaux ce et se, vous pouvez consulter l’article Ce et se.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : juillet 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles