Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts syntaxiques



Faire une différence

 

L’emploi de faire une différence (ou faire la différence) est déconseillé dans le sens d’« agir concrètement » ou de « changer les choses »; la variante faire toute la différence (« avoir un effet décisif ») est aussi déconseillée. Cette expression est toutefois adéquate en français quand elle signifie « faire la distinction » ou « permettre de distinguer ». Faire une différence (ou la différence) implique ainsi une idée de comparaison, explicite ou sous-entendue.

 

 

Faire une (la) différence au sens d’« agir concrètement »

 

Employé sans idée de comparaison, au sens d’« agir concrètement », de « changer les choses », d’« apporter sa contribution » ou encore d’« améliorer (quelque chose) », faire une différence (ou faire la différence, dans certains contextes) est un calque de l’anglais to make a difference. Son emploi, dans des tournures positives comme négatives, est déconseillé. Ces sens ne sont pas consignés dans les dictionnaires, ou ils y sont critiqués.

 

Exemples :

 

-  En appuyant cet organisme, vous agissez concrètement en faveur de la conservation de la nature. (et non : vous faites une différence dans la conservation de la nature)

-  Elle a fait le saut sur la scène politique pour changer les choses. (et non : pour faire la différence)

-  J’aimerais trouver un emploi qui me permettrait de me réaliser sur le plan professionnel et d’apporter ma contribution à une cause qui me tient à cœur. (et non : de faire une différence dans une cause)

-  Notre mission : améliorer les conditions de vie au Canada et à l’étranger. (et non : faire une différence)

-  Selon lui, son implication dans le comité ne changerait rien. (et non : ne ferait pas de différence)

-  Cela ne compte pas beaucoup pour moi. (et non : Cela ne fait pas de différence pour moi)

-  Le taux de participation dans cette région peut influer sur le résultat des élections. (et non : peut faire la différence)

 

 

La variante faire toute la différence

 

La variante faire toute la différence, lorsqu’elle est utilisée dans le sens de « changer complètement la situation » ou d’« avoir un effet décisif », est elle aussi critiquée en raison de son origine anglaise. Son emploi est ainsi déconseillé.

 

Exemples :

 

-  Ça aurait changé complètement la situation si j’avais su la vérité dès le départ. (et non : Ça aurait fait toute la différence)

-  Lors de la dernière partie, les gardiens de but ont joué un rôle décisif dans la victoire. (et non : ont fait toute la différence)

-  Travailler avec les bons outils change tout! (et non : fait toute la différence)

 

 

Emplois corrects de faire la (une) différence

 

En français, il est possible d’employer faire la ou une différence quand il est question de distinguer une chose d’une autre. Cette expression implique donc une idée de comparaison et fait référence à deux ou plusieurs possibilités, parfois sous-entendues. Elle est ainsi souvent suivie de la préposition entre. Le sens ici n’est pas « changer les choses », mais plutôt « faire la distinction » (le sujet désignant une personne) ou encore « ne pas être la même chose », « (permettre de) distinguer » (le sujet désignant une chose).

 

Exemples :

 

-  Mon ami infirmier peut aisément faire la différence entre une blessure grave et une autre qui l’est moins. (c’est-à-dire : il peut faire la distinction entre…)

-  Il est important de faire une différence entre ces deux concepts. (c’est-à-dire : d’établir une distinction entre…)

-  Tu peux m’offrir du thé vert ou du thé noir; en fait, je ne fais pas la différence. (c’est-à-dire : je ne distingue pas l’un et l’autre)

-  Pour plusieurs, c’est la couleur des taches du pelage qui fait la différence entre ces deux races bovines. (c’est-à-dire : elle permet de distinguer les deux races)

-  Que vous présentiez le document en version papier ou électronique, cela ne fait aucune différence. (c’est-à-dire : c’est la même chose)

-  Rester ici ou aller chez toi, cela ne fait pas beaucoup de différence. (c’est-à-dire : c’est à peu près la même chose)

 

 

Faire la différence au sens de « prendre l’avantage »

 

Notons que certains dictionnaires relèvent l’expression faire la différence, employée notamment dans le domaine du sport, au sens de « prendre l’avantage, créer un écart » (par exemple : la coureuse a fait la différence dès les premières minutes de l’épreuve). Cet emploi, considéré comme acceptable, est peu fréquent au Québec. 

 

Complément :

 

Qu’est-ce qu’un emprunt syntaxique? (Emprunts syntaxiques)

 

 

Article mis à jour en 2021

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : mars 2021

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2020