Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Formation de noms féminins



Les noms en -teur et en -trice

 

Les appellations de personnes dont le masculin se termine en ‑eur, nombreuses en français, sont d’origines diverses. Pour cette raison, les formes féminines correspondantes sont elles aussi variées. Selon le cas, les formes masculines en ‑eur passeront à la forme en ‑euse ou en ‑eure, alors que les formes masculines en ‑teur passeront en principe à la forme en ‑teuse ou en ‑trice.

 

Les noms qui passent de ‑teur à ‑trice viennent généralement de noms latins se terminant par ‑tor et trix. Ils s’inscrivent souvent dans une famille qui comporte un nom se terminant par ‑tion, ‑ture ou ‑torat; par exemple : lecteur, lectrice, lecture, lectorat. En général, ce sont des noms de formation savante. Certaines appellations ont aussi été formées d’après ce modèle par l’ajout d’une finale en ‑teur ou en ‑trice à des mots déjà employés en français. En principe, ces noms ne sont pas dérivés de verbes français dont le radical se termine par un t, contrairement à ceux qui passent de ‑teur à ‑teuse (ce qui n’empêche pas qu’il puisse y avoir des verbes correspondants dans la même famille).

 

Nom masculin

Nom féminin

un acupuncteur

(ou : un acuponcteur)

une acupunctrice

(ou : une acuponctrice)

un administrateur

une administratrice

un amateur

une amatrice

un collaborateur

une collaboratrice

un directeur

une directrice

un inspecteur

une inspectrice

un lecteur

une lectrice

un recteur

une rectrice

un scrutateur

une scrutatrice

 

 

Certains féminins en ‑trice coexistent avec de nouvelles formes en ‑teure. De formation tout à fait régulière, autrice a connu, depuis la fin des années 2010, une certaine popularité, notamment au Québec, où auteure était déjà bien implanté. À côté de sculptrice, on emploie également sculpteure.

 

Le nom reporteur, forme francisée du nom anglais reporter, fait son féminin sur ce modèle : on aura ainsi reportrice. Reporteur et reportrice ne sont en fait pas dérivés du verbe français reporter, qui n’est pas de la même famille sémantique.

 

Comme toutes les variantes féminines, les noms en ‑trice peuvent entrer dans la formation de noms composés, par exemple : une auteure‑compositrice (ou une autrice‑compositrice), une lectrice de nouvelles, une présidente‑directrice générale.

 

 

Compléments (Formation de noms féminins) :

 

Les noms en ‑eur et en ‑eure

Les noms en ‑eur et en ‑euse

Les noms en ‑teur et en ‑teuse

Les noms féminins en ‑eure

 

 

Article mis à jour en 2019

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : mars 2021

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2020